Dakar, 15 mai (APS) – Les quotidiens se sont préoccupés du procès prévu mardi entre l’opposant Ousmane Sonko et Adji Sarr, la jeune dame qui accuse le chef de l’opposition de l’avoir violée menacée de mort.

‘’Tensions en vue !’’ titre EnQuête, affirmant que ‘’le procès de l’affaire Sweet Beauté’’ – du nom du salon de massage dakarois où se serait déroulé le viol présumé – s’ouvre mardi ‘’dans un contexte explosif’’.

Le chef de l’opposition est convoqué ce lundi à 8 h 30 au greffe de la chambre criminelle du tribunal de grande instance de Dakar, selon le même journal.

S’il ne se présente pas, il risque une ordonnance de prise de corps, autrement dit, le président de ladite chambre peut demander à la force publique de le faire venir, tout comme il peut opter pour le jugement par contumace, sans la présence de M. Sonko, expliquent plusieurs journaux.

L’accusé, maire de Ziguinchor (sud), la ville où il se trouve depuis plusieurs jours, a déclaré, le 7 mai, avoir pris la décision de ‘’ne plus coopérer’’ avec la justice sénégalaise.

‘’Jamais un défi de cette nature n’a été lancé à la justice. Pour la première fois, sans excuse ni autorisation, un citoyen attrait devant la justice décide de ne pas répondre’’, note Tribune.

‘’Ousmane Sonko va-t-il faire le déplacement au palais de justice de Dakar pour faire constater sa volonté de se présenter au procès ? Ou bien va-t-il continuer à désobéir tout en sachant les conséquences d’un tel acte ? La réponse sera connue dans quelques heures’’, commente Le Quotidien.

‘’Un manque de maturité politique’’

C’est ‘’un rendez-vous judiciaire qui tient en haleine tout un pays, après avoir déjà occasionné des émeutes et [des] morts, officiellement 14’’, écrit L’Observateur. Il fait allusion aux émeutes à l’origine de la mort de 14 personnes au moins, au début des accusations de viol et de menaces de mort d’Adji Sarr sur Ousmane Sonko.

L’éclatement de l’alliance scellée par Khalifa Sall avec Ousmane Sonko est commenté par plusieurs journaux, dont WalfQuotidien. C’était une ‘’alliance des contraires’’, selon le journal, qui en juge par le tempérament des deux hommes politiques.

Il estime que l’ancien maire de Dakar ‘’s’est servi de Sonko’’. ‘’La crise au sein de la coalition Yewwi Askan Wi démontre un manque de maturité politique d’Ousmane Sonko. Le maire de Ziguinchor, farouche opposant de Macky Sall, a servi d’escalier à plusieurs leaders, notamment Khalifa Sall’’, lit-on dans WalfQuotidien.

Les quotidiens ont commenté aussi la décision prise par une partie des rebelles du MFDC, le Mouvement des forces démocratiques de Casamance (sud), de déposer les armes.

Selon Libération, un accord a été signé par le chef rebelle Fatouma Coly et l’amiral Papa Farba Sarr, que le journal présente comme ‘’l’homme de l’ombre’’. Il mène les négociations, au nom de l’Etat du Sénégal, avec la rébellion.

‘’Une étape à la fois décisive, historique et symbolique vient d’être franchie dans la recherche d’une paix définitive en Casamance’’, commente Sud Quotidien.

L’As considère le dépôt des armées par plus de 250 combattants du MFDC comme ‘’un tournant décisif dans la recherche de la paix en Casamance’’.

‘’Des accords ont été signés’’ entre l’Etat et la rébellion, dans le but d’‘’accompagner la réinsertion des ex-combattants et relancer l’économie de la zone longtemps éprouvée par la crise’’, ajoute-t-il.

‘’De profondes cicatrices’’

Bés Bi Le Jour parle d’un ‘’accord historique pour la paix définitive’’ dans le sud du pays où sévissent les rebelles depuis quatre décennies.

Après le renoncement d’une partie des combattants à la lutte armée, ‘’l’Etat tend la main aux autres factions du MFDC’’, affirme Le Soleil.

‘’Réputée être le plus long conflit armé actif du continent africain, la guerre en Casamance, qui dure maintenant près de quarante ans, a fait environ 5.000 morts et 60.000 déplacés’’, souligne Le Soleil.

Cette rébellion ‘’a laissé de profondes cicatrices dans la société casamançaise et au-delà’’ de la Casamance, ajoute-t-il.

Les quotidiens se réjouissent vivement de la qualification du Sénégal en finale de la CAN de football des moins de 17 ans (U17).

‘’Une finale historique !’’ jubile Record, rappelant que l’équipe sénégalaise s’est qualifiée par 5 tirs au but à 4 devant les U17 du Burkina Faso, à la suite d’un match nul, 1-1.

‘’Vendredi prochain, en finale de la 14e édition de la Coupe d’Afrique des nations des U17, [le Sénégal] tentera de décrocher sa cinquième étoile depuis 2022’’, souligne Stades en rappelant que le pays a remporté quatre trophées continentaux depuis février 2022.

ESF

Dans la même rubrique
Charger plus dans LA UNE

Voir aussi...

SENEGAL-RELIGION-HOMELIE / Popenguine : l’évêque de Thiès appelle à ”un changement de comportement pour la paix et la justice”

Popenguine, 20 mai (APS) – L’évêque de Thiès, Monseigneur André Guèye, présida…