Dakar, 6 juil (APS) – Un atelier d’information et de partage sur le projet de taxonomie verte au Sénégal s’est ouvert jeudi à Dakar, avec l’objectif de parvenir à une meilleure appropriation des acteurs impliqués dans ce domaine, conformément à l’ambition du Sénégal de s’engager vers un développement durable et la lutte contre le changement climatique.

Cette rencontre est organisée par le ministère de l’Environnement, du Développement durable et celui des Finances et du Budget, en partenariat avec la coopération allemande (GIZ).

‘’Il urge, compte tenu de la complexité croissante et de la multiplicité des crises écologiques, d’œuvrer à rendre les flux financiers beaucoup plus verts dans une logique de justice climatique’’, a indiqué le secrétaire général du ministère de l’Environnement, Lamine Guissé.

Selon lui, conscient de cet état de fait, le Sénégal a entrepris plusieurs initiatives allant dans le sens de promouvoir une finance beaucoup plus verte et durable.

Au cours de la dernière décennie, a-t-il poursuivi, la finance verte, et par extension la finance durable, est devenu un enjeu important dans la mobilisation des ressources pour la transition écologique.

D’après lui, cette dernière permet de financer des projets ne portant pas atteinte à l’environnement ou concourant à la transition vers une économie verte.

‘’La finance verte apporte des solutions financières et offre de réelles opportunités de financement au secteur de l’environnement et à la promotion du développement durable’’, a-t-il fait valoir.

Le SG du ministère de l’environnement estime qu’il est nécessaire, pour la mise en confiance des investisseurs et l’assise de la transparence en matière d’activité verte, d’établir une taxonomie.

‘’Pour les investisseurs, la taxonomie aidera à s’assurer que leurs investissements ont un impact environnemental significatif, en particulier pour les investissements basés sur la dette’’, a-t-il ajouté.

Pour le coordonnateur de la direction générale du secteur financier, Ange Mancabou, en plus de la rapidité avec laquelle le changement climatique impacte le monde, le problème se situe au niveau de la mobilisation des capitaux nécessaires pour la gestion de ce phénomène.

Il a souligné l’immensité du travail à mener et son importance sur l’élaboration de la classification et la mise en place d’un cadre permettant de booster le financement vert au Sénégal.

AMN/OID/ASG

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-FORMATION / Bakel : quinze personnes, dont des agents de l’Etat, formées en informatique

Bakel, 21 avr (APS) – Quinze personnes, dont des agents de l’Etat et des étudiants, …