Dakar, 18 juil (APS) – La Confédération nationale des travailleurs du Sénégal (CNTS) a fait part, mardi, à Dakar, de sa volonté d’aider ses militants travaillant dans le secteur informel à bénéficier d’une protection sociale.

‘’Le secteur informel s’est développé d’une façon exponentielle dans les pays en voie de développement, du fait de l’application des politiques économiques, notamment les programmes d’ajustement structurel et la mondialisation, dont les conséquences sociales ont été la précarité de l’emploi, le sous-emploi, le chômage, ainsi que la pauvreté pour de larges couches de la société’’, a d’abord signalé le secrétaire général de la CNTS, Mody Guiro.

Il présidait un atelier sur ‘’la formalisation du secteur informel’’.

Cette volonté de la CNTS d’aider ses militants du secteur informel à bénéficier d’une protection sociale date de longtemps, selon son secrétaire général. ‘’Notre organisation syndicale, dans sa recherche quotidienne d’une amélioration des conditions de vie et de travail des populations, s’est engagée depuis les années 80 à organiser le secteur informel’’, a dit Mody Guiro.

Les programmes économiques ‘’imposés’’ aux pays en voie de développement par le Fonds monétaire international et la Banque mondiale engendrent une réduction des dépenses publiques, dans les secteurs sociaux notamment, l’éducation et la santé, selon M. Guiro.

La réduction de ces dépenses a poussé des milliers de travailleurs vers le secteur informel, après la fermeture de nombreuses entreprises, a dit le secrétaire général de la CNTS. 

‘’Les femmes et les hommes ayant perdu leur emploi, ne pouvant pas rester inactifs, se sont retrouvés dans le petit commerce pour subvenir aux besoins de leurs familles’’, a-t-il expliqué.

Un besoin ‘’impérieux’’

Mody Guiro rappelle que l’action syndicale est essentiellement basée sur la solidarité. Sur cette base, c’est un besoin ‘’impérieux’’ pour la CNTS, selon M. Guiro, de trouver les stratégies lui permettant d’aider ses militants victimes des réductions des dépenses publiques à améliorer leurs conditions de vie et de travail.

Il a évoqué aussi le ‘’souci’’ pour l’organisation syndicale de ‘’retrouver des militants […] qui avaient perdu leur emploi du fait de la fermeture des entreprises’’ qui les employaient. ‘’C’est dans ce cadre que la CNTS a noué un partenariat avec la Centrale générale des syndicaux libéraux de Belgique et son ONG (organisation non gouvernementale), le Mouvement pour la solidarité internationale.’’

La CNTS a noué ce partenariat avec l’organisation belge depuis 2017.

‘’Le travail consiste à rencontrer les acteurs de l’économie informelle et à les encourager à constituer des syndicats’’ leur permettant de défendre leurs intérêts, a expliqué Mody Guiro.

‘’On cible principalement les travailleurs vulnérables et ceux de l’économie informelle, ceux qui ne bénéficient pas d’une protection sociale’’, a souligné Katy Fall, chargée de programme à la Centrale générale des syndicaux libéraux de Belgique.

Quand ‘’ils sont malades, ils ne sont pas soignés. Quand ils sont victimes d’un accident du travail, ils ne sont pas indemnisés. Quand les femmes accouchent, elles n’ont pas de congé de maternité…’’ a-t-elle signalé.

‘’On les organise. On met en place des coopératives pour les aider à améliorer leurs conditions de travail, par des formations sur la santé, la sécurité au travail, la protection sociale, le dialogue social et les techniques de négociation’’, a ajouté Mme Fall. 

MFD/ESF/ASG  

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-IRAN-DEUIL / Décès de Raïssi : de nombreuses personnalités signent le livre de condoléances à Dakar

Dakar, 22 mai (APS) – De nombreuses personnalités sénégalaises se sont rendues mercr…