Kaolack, 14 juil (APS) – La mouvement de grève de 48 heures décrété par l’intersyndicale des travailleurs du secteur primaire a été ‘’bien suivi’’ dans la région de Kaolack (centre) où ‘’presque 60% des agents’’ ont respecté le mot d’ordre, a appris l’APS du point-focal régional de cette structure, Abdourahmane Cissé.

”Cette grève a été bien suivi dans la région de Kaolack où, presque, 60% de nos collègues l’ont suivie, surtout au niveau du secteur de l’agriculture notamment au niveau des points de distribution des semences, dans les secteurs de la pêche et de l’élevage’’, a-t-il fait valoir dans un entretien téléphonique avec l’APS.

Au mois de décembre 2022, ‘’nous avons signé un protocole d’accord avec le gouvernement, parce que vous n’êtes pas sans savoir qu’on nous avait octroyés des indemnités qu’il a ensuite voulu supprimer. Nous sommes montés au créneau pour contester en décrétant un mot d’ordre de grève’’, a rappelé d’emblée, M. Cissé.

Le gouvernement était revenu sur sa décision, en acceptant de leur ré-octroyer ces indemnités à hauteur de 60%, a ajouté le point-focal régional de cette intersyndicale qui regroupe des travailleurs des ministères des Pêches et de l’Economie maritime, de l’Agriculture, de l’Equipement rural et de la Souveraineté alimentaire et de l’Elevage et des Productions animales.

”Dans ledit protocole d’accord qui nous a lié avec le gouvernement, il était stipulé la mise en place d’un fonds commun du secteur primaire dans les six mois qui suivent la signature de cet accord. Malheureusement, après la signature de ce protocole, le directeur de la fonction publique avait convoqué une première rencontre pour faire la collecte des niches servant à alimenter ce fonds commun’’, a poursuivi le syndicaliste.

Depuis lors ‘’aucune réaction’’ n’a été notée de la part du gouvernement, a-t-il déploré, indiquant ces deux jours de grève (jeudi et vendredi) vont servir d’alerte pour inciter le gouvernement à continuer les discussions afin que la mise en place de ce fonds commun soit effective ‘’comme il a été édicté dans le protocole d’accord’’.

”Après les 48 heures de grève, une évaluation nationale sera faite. Vous savez bien que 70% des activités économiques de ce pays sont occupés par le secteur primaire notamment l’agriculture, l’élevage et la pêche. Ce qui veut dire que tous les acteurs qui tournent autour de ces activités vont sûrement subir les impacts négatifs de cette grève’’, a signalé Cissé.

Il espère qu’après l’évaluation de leur mouvement d’humeur, les autorités gouvernementales appelleront à des discussions pour que les différentes parties prenantes puissent continuer les pourparlers devant aboutir à la mise en place effective de ce fonds commun au profit des travailleurs du secteur primaire.

”Au cas où le gouvernement n’appellera à des discussions allant dans ce sens, l’intersyndicale des travailleurs du secteur primaire passera à une autre étape pour l’emmener à continuer les négociations’’, a insisté Abdourahmane Cissé.

ADE/OID

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

MONDE-SANTE / A Genève, Docteur Ibrahima Sy présente les innovations mises en œuvre par le Sénégal

Genève 27 mai (APS) – Le ministre de la Santé et de l’Action sociale, Docteur Ibrahi…