Saly, 14 août (APS)- L’organisation Lumière Synergie pour le développement (LSD) a lancé un programme de formation intitulé ”Ecole Ecoféministe’’ dont l’objectif est de renforcer l’engagement des jeunes filles de Bargny, une commune de la région de Dakar, et du Delta du Saloum (Fatick) dans la lutte contre les inégalités basées sur le genre et sur la justice climatique, a appris l’APS de ses initiateurs. 

 ‘’Le programme Ecole Ecoféministe va permettre à une trentaine de jeunes filles initiées d’apprendre des luttes des femmes transformatrices de Bargny et de Marlothie, en faveur de la justice climatique  et l’égalité de genre’’, a expliqué Ndeye Fatou Sy, responsable de programme de LSD, en marge du lancement de ce programme ce weekend à Saly.  

Selon elle, l’organisation, consciente de cette forte corrélation entre le genre et les bouleversements écologiques, accompagne depuis maintenant une décennie des communautés de femmes affectées par des projets portant à la fois atteinte à leurs droits essentiels et leur environnement.   

‘’Cet accompagnement s’accentue principalement sur le plaidoyer en faveur d’une intégration durable de la dimension genre dans les projets et programmes de développement, la justice climatique et la transition juste et verte’’. 

Le choix de ces deux sites s’explique selon l’organisation par l’impact de la construction de la centrale à charbon de Sendou (Bargny) sur les 1500 femmes transformatrices de poissons pratiquant l’activité depuis plusieurs générations sur le site du d’implantation de la centrale, en lien notamment avec les récentes découvertes et future exploitation de gisements de pétrole offshore de SNE Sangomar (Delta du Saloum). ‘’Les femmes seront ainsi les plus vulnérables face aux multiples conséquences dévastatrices éventuelles de cette exploitation ’’, a alerté l’organisation. 

 Pour Ndeye Fatou Sy, l’idée est d’assurer la relève à travers ces jeunes filles d’où l’importance de cette formation qui va permettre de créer un réseau de jeunes filles appelées à devenir des des femmes capables de mener le débat face à la justice climatique et la lutte contre les inégalités de genre.  

Prévue pour durer 6 mois jusqu’au 24 janvier 2024, la formation prévoit 6 séances par mois durant les trois premiers mois (3 Delta et 3 Bargny) et 2 séances par mois (une séance par site) jusqu’à fin janvier.  

MF/AKS

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-CULTURE-DIAGNOSTIC / Matam : un officiel évoque les freins au développement de la culture dans la région

Kanel, 20 mai (APS) – Le centre culturel régional de Matam (nord) est appelé à faire…