Dakar, 20 mars (APS) – La plateforme de veille des femmes pour la paix et la sécurité ‘’Ettu Jaam’’ (espace de paix en wolof) a engagé une concertation avec une vingtaine de journalistes pour les ”encourager à favoriser une communication positive et responsable” dans la couverture de l’élection présidentielle de dimanche.

Le but est d’éviter ”la diffusion de messages, contenus et discours haineux susceptibles de créer des tensions entre les parties prenantes au processus électoral’’.

En vue du scrutin de dimanche prochain, la plateforme a pris l’engagement de ‘’travailler pour la paix et la cohésion sociale”, a déclaré sa présidente, Oumou Khairy Niang, à l’ouverture de la rencontre, mercredi à Dakar. Elle estime que “les médias ont un rôle clé pour un scrutin calme et apaisé’’.

Cet exercice est ‘’une consultation entre la plateforme et les médias pour réfléchir sur la responsabilité sociale des médias pouvant renforcer la stabilité sociale’’, a – t-elle précisé.

Elle a souligné que l’idée est de ‘’recueillir leur avis et réelles préoccupations sur la situation et le contexte politique et électoral en lien avec les médias à l’usage des outils de monitoring’’.

‘’C’est une rencontre qui vise à attirer l’attention des journalistes sur les risques liés à un mauvais traitement de l’information dans le contexte électoral, avant, pendant et après l’élection de dimanche prochain’’, a-t-elle expliqué.

Il s’agit d’inciter les journalistes à ‘’s’engager et à se mobiliser pour veiller au maintien de la paix et de la sécurité avant, pendant et après l’élection présidentielle’’, a souligné le facilitateur de la rencontre, le président du Groupe de recherche et d’appui conseil pour la démocratie participative et la bonne gouvernance (GRADEC).

Il introduisait une présentation sur la communication non-violente qui est ‘’une arme de promotion de la paix et de la stabilité’’.

Les échanges ont tourné autour du rôle et de la responsabilité des médias dans la prévention de la violence et de la cohésion sociale, mais également la liberté de la presse, la démocratie et le respect des droits humains

Des recommandations ont été formulées dans le sens de mettre en place un dispositif de sécurité pour les journalistes en vue d’une couverture médiatique adéquate de l’élection présidentielle et le maintien d’un climat social de paix et de sécurité.

Une recommandation a été émise pour mettre en place un cadre d’alerte précoce afin d’aider les journalistes à s’organiser et prévenir d’éventuels troubles ou autres formes de violences.

Les participants ont élaboré une déclaration d’engagement  pour ‘’une couverture responsable et équilibrée’’ de la présidentielle. Elle sera lue vendredi à Dakar lors d’un forum d’appel pour un scrutin apaisé, à l’initiative de la plateforme ‘’Etu Jamm’’.

ADL/ASG/OID

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-SOCIETE-GENRE / Ziguinchor : un projet de renforcement du leadership féminin lancé à Nyassia

Nyassia, 19 avr (APS) – L’adjoint au sous-préfet de l’arrondissement de …