Dakar, 20 déc (APS) – Les populations doivent continuer d’utiliser correctement les moustiquaires pour se protéger du paludisme tant que cette maladie n’est pas éradiquée au Sénégal, a répété, mercredi, à Dakar, le coordonnateur du Programme national de lutte contre le paludisme (PNLP), docteur Doudou Sène.

“Les défis pour nous, c’est de mieux sensibiliser les populations, tant que le paludisme n’est pas éliminé au Sénégal, les gens doivent prendre leurs dispositions pour se protéger en utilisant correctement les moustiquaires” a-t-il dit.

Le coordonnateur du Programme national de lutte contre le paludisme prenait part à une exposition tenue à la Foire internationale de Dakar (FIDAK) sur les interventions du PNLP concernant la prévention et l’utilisation des moustiquaires imprégnées à longue durée d’action (MILDA).

Selon Doudou Sène, l’utilisation de moustiquaires imprégnées à longue durée d’action constitue la première arme de protection contre le paludisme.

En cas de fièvre, il faut se rendre à l’hôpital “pour se faire dépister”, a t-il recommandé en évoquant une tendance à se consulter dans les pharmacies, alors que ces dernières n’ont pas la capacité de faire un “diagnostic correct” du paludisme.

Il a noté que la mobilisation de financements demeure un autre “défi” dans la lutte contre le paludisme “parce que plus on avance vers l’élimination du paludisme en 2030,  plus les enjeux financiers deviennent énormes” étant entendu que “vous mettez beaucoup plus de moyens pour traquer un seul cas de paludisme”.

De sorte que si quelqu’un venait à attraper le paludisme dans une concession donnée, une équipe serait appelée à y faire une descente, “pour faire de l’investigation et traiter toute la concession, parce que le parasite doit être éliminé dans cette zone-là pour éviter que la transmission continue”, d’autant que le paludisme demeure “un défi majeur” de santé publique, souligne le docteur Doudou Sène.

Aussi le Programme national de lutte contre le paludisme a pris ses quartiers à la FIDAK où il dispose d’un stand, une “opportunité” pour davantage faire de la sensibilisation et toucher “le plus grand nombre” de personne possible.

“Cela montre la transversalité de la lutte contre le paludisme, à savoir l’approche multisectorielle”, incluant des secteurs comme le commerce et l’assainissement, “tout doit s’engager dans la lutte contre le paludisme”, a-t-il dit.

Il dit profiter de cette tribune pour expliquer davantage le processus de transmission du paludisme et la meilleure manière de se prémunir contre la maladie, afin que “les populations sénégalaises sachent qu’il y a un défi énorme par rapport à l’élimination du paludisme au Sénégal”.

Il rappelle que le Sénégal a “presque” la phase d’élimination du paludisme dans certaines zones du pays, avec une prévalence de “moins de 1 cas pour 1 000 habitants” dans les régions de Saint-Louis, Matam, Louga (nord), une partie de la région de Thiès (ouest), à Fatick (centre) et une partie de la région de Ziguinchor (sud).

NSS/BK/MTN

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-ARTISANAT-FINANCEMENT / La DER octroie un financement de près de 32 millions à 104 artisans bijoutiers

Dakar, 21 fev (APS) – Au total, cent quatre artisans bijoutiers ont bénéficié, mercr…