Dakar, 17 fev (APS) – La Synergie des organisations de sociétés civiles pour la paix (SOS/paix), a proposé vendredi que l’élection présidentielle soit organisée le 3 ou le 10 mars afin de respecter la limite temporelle du mandat du président de la République, fixée au 2 avril.

‘’Nous avons conclu qu’il est possible d’organiser l’élection présidentielle le 3 mars ou le 10 mars, pour ne pas dépasser la date limite du mandat du président de la République fixé au 2 avril’’, a notamment déclaré Moundiaye Cissé, un membre de cette plateforme.

Intervenant lors d’une rencontre avec des journaliste, M. Cissé, directeur exécutif de l’ONG 3D, a insisté sur le fait que le choix de ces dates s’inscrit dans la volonté de respecter la Constitution après que le Conseil constitutionnel a constaté l’impossibilité d’organiser le scrutin à la date initialement prévue, le 25 février.

Choisir entre ces dates permettra de préserver le droit des candidats à une campagne électorale d’au moins 21 jours, a-t-il fait valoir en insistant sur nécessité d’organiser l’élection présidentielle avant le 2 avril.

Il n’a pas manqué de signaler que la Synergie des organisations de sociétés civiles pour la paix doutait de l’opportunité de lancer un dialogue national en raison de l’urgence de tenir l’élection dans les délais qui ne dépassent pas la fin du mandat du président sortant.

‘’On peut envisager cette concertation, mais elle ne devrait pas durer plus de 48 heures. C’est la raison pourquoi nous venons, en éclaireur, proposer une solution qui peut servir de base de discussion’’, a expliqué Moundiaye Cissé.

Le président de la République, Macky Sall, s’est engagé, vendredi, ‘’à faire pleinement exécuter’’ la décision du Conseil constitutionnel annulant le report de l’élection présidentielle, a annoncé le ministre, porte-parole de la présidence, Yoro Dia.

Dans un communiqué de ce dernier, le chef de l’État a promis en même temps de mener, ‘’sans tarder’’ et ‘’dans les meilleurs délais’’, les ‘’consultations nécessaires’’ pour l’organisation de l’élection présidentielle.

Jeudi dans la soirée, le Conseil constitutionnel a invité les autorités à organiser dans les meilleurs délais le scrutin initialement prévu le 25 février prochain, après avoir jugé ‘’contraire à la Constitution’’ la loi reportant au 15 décembre prochain l’élection présidentielle sénégalaise.

Elle a annulé en même temps le décret avec lequel Macky Sall a renoncé à la convocation des électeurs aux urnes pour l’élection d’un nouveau président de la République, le 25 février.

AFD/AKS

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-EDUCATION / Sédhiou : le PAQUET a favorisé une amélioration des performances aux examens (IA)

Sédhiou, 13 avril (APS) – La mise en œuvre du PAQUET, Programme d’amélioration de la quali…