Dakar, 15 juil (APS) – L’ancien ministre de l’Intérieur Abdourakhmane Sow est décédé dans la nuit de vendredi à samedi, à Dakar, à 81 ans, des suites d’une maladie, a-t-on appris de source proche de la communauté layène, à laquelle appartenait le défunt.

La levée du corps est prévue à la morgue de la grande mosquée de Cambérène, à partir de 16 heures, suivie de l’enterrement au cimetière situé à quelque 500 mètres de ce principal lieu de culte de ce quartier de la banlieue dakaroise, fief de la communauté layène, a précisé Libasse Hanne, un proche du défunt.

Abdourakhmane Sow, enseignant devenu administrateur civil, a milité au Parti socialiste (PS) jusqu’en 2000, année où cette formation politique a été évincé du pouvoir.

Le défunt fut directeur général de la Caisse de péréquation et de stabilisation des prix, avant de servir dans le gouvernement sous le règne du Parti socialiste avec Abdou Diouf comme président de la République (1981-2000).

Avant de diriger la Caisse de péréquation et de stabilisation des prix (1988-1993), il a occupé plusieurs autres fonctions, comme directeur adjoint des investissements au ministère des Affaires étrangères, directeur du Commerce extérieur et conseiller technique au ministère du Commerce de 1981 à 1983.

Il fut par ailleurs premier secrétaire du Conseil des employeurs et directeur de la Dette et des Investissements.

Ministre socialiste de la Pêche et des Transports maritimes (1993-1995), puis de l’Intérieur, il a piloté le ministère de l’Urbanisme et de l’habitat, de janvier 1998 au 3 avril 2000, date coïncidant avec la perte du pouvoir par le Parti socialiste.

Abdourakhmane Sow a ensuite milité au Parti démocratique sénégalais (PDS) et a été nommé ambassadeur Sénégal en Tunisie, avant d’être porté à la présidence du conseil d’administration de l’Office du lac de Guiers.

Abdourakhmane Sow est natif de Cambérène où il a également grandi, mais sa famille est originaire de Pété, dans le département de Podor (nord), selon Libasse Hanne, qui a insisté sur les liens particuliers qui existaient entre le défunt et Mame Alassane Laye, à la tête de la confrérie layène de 1987 à 2001.

Selon Libasse Hanne, ce dernier avait prédit toute la carrière du défunt.

BK

 

 

 

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-RELIGION-EVENEMENT / Aux origines de la Ziar générale de Tivaouane, un rendez-vous entre un guide spirituel et ses disciples

Tivaouane  21 avr (APS) – Cinq ans après le décès de son père en 1922, Serigne Babac…