Thiès, 21 fév (APS) – Les étudiants de l’Université Iba Der Thiam de Thiès (UIDT) ont observé mercredi, un débrayage à partir de 10 heures, afin de réclamer la réception des nouveaux logements construits dans leur campus social.

Les étudiants ont cessé les cours pour tenir une assemblée générale d’information, suivie d’une opération de nettoiement des alentours des nouveaux pavillons qui tardent à leur être livrés.

Lors d’un point de presse, Adama Sow Kébé, président de l’amicale de l’UFR Sciences et technologie de l’UIDT, membre de la Conférence des amicales d’étudiants de l’UIDT, a décrit une situation ”catastrophique”, voire ”irrationnelle”  à l’UIDT.

Selon lui, il est noté l’arrivée progressive des 1.750 nouveaux bacheliers orientés vers cette université cette année, qui viennent s’ajouter à un effectif de 7.500 étudiants.

Pendant ce temps, aucune évolution n’a été constatée dans la réalisation des infrastructures d’accueil au sein du campus social, même s’il y a eu de nouveaux bâtiments pédagogiques.

D’où, un ”véritable problème” qui sévit dans cette université initialement ”dimensionnée pour 500 étudiants”.

Des bâtiments d’une capacité de 1.000 lits déjà construits dans l’enceinte du campus social de l’UIDT, attendent d’être meublés et raccordés à l’électricité, a noté le responsable étudiant.

”Depuis septembre dernier, il n’y a pas d’ouvriers sur le site. Tout est à l’arrêt”, a fait constater Adama Sow Kébé.

Selon lui, les délégués des étudiants ont déjà adressé des correspondances au recteur, au directeur du centre régional des œuvres universitaires et sociales de Thiès (CROUST). La question a été à maintes fois évoquée en conseil d’administration, en conseils d’UFR et en conseil académique, a-t-il poursuivi.

L’explication qui leur a été donnée jusque-là, est que l’Etat doit de l’argent à l’entreprise en charge du projet, a-t-il rapporté.

Le site VCN (voie de contournement nord), principale composante de l’UIDT, compte 212 lits. L’hôtel du rail, un autre site d’hébergement de l’université de Thiès, est situé au moins à 4km de là.

Pour Adama Sow Kébé, l’ouverture de ces nouveaux pavillons est une ”condition nécessaire à la stabilité de l’université”, dont les étudiants quittent des points lointains de la ville pour aller suivre leurs cours.

”Nous avons transformé nos salles télé en dortoirs”, a-t-il déploré, n’excluant pas que les étudiants munis de leur matelas, aillent occuper ces chambres, même sans électricité.

ADI/ASB

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-ECONOMIE / Création d’emplois, réduction du coût de la vie : le patronat aux côtés de l’Etat

Dakar, 23 avr (APS) – Le secteur privé sénégalais a pris l’engagement mardi d’’’acco…