Dakar, 12 juil (APS) – Les entraîneuses Aissatou Seck, Yaya Sokhna Mbengue et Oulèye Dièye, licenciées ‘’pour pratiques mystiques’’ par Dakar Sacré-Cœur, se disent surprises par le motif de leur renvoi du club et sollicitent le soutien et la protection des acteurs du football féminin.

Aissatou Seck était la coordonnatrice du pôle féminin et entraîneuse de l’équipe pro féminine, Yaye Sokhna Mbengue , son adjointe et Oulèye Dièye , entraîneuse des gardiennes de but.

‘’Ce renvoi nous a surprises au plus haut niveau. C’est la première fois dans l’histoire du football que nous voyons une pareille chose. Nous avons été renvoyées pour pratiques mystiques’’, a expliqué Yaya Sokhna Mbengue, lors d’une conférence de presse co-animée avec ses deux autres collègues.

‘’Samedi passé, nous sommes allées en Casamance où nous sommes arrivées vers 17h. Nous avons joué à 21h. Nous sommes rentrées vers 1 h du matin. On nous annonce une réunion à 15h le dimanche et c’était pour nous remettre nos licenciements’’, a-t-elle expliqué.

Dakar Sacré-Cœur a annoncé, lundi, ‘’l’arrêt de sa collaboration’’ avec le staff de son équipe pro féminine, sans préciser les motifs de ce renvoi. Tout au plus le communiqué rappelle-t-il que ‘’Dakar Sacré-Cœur est un club engagé autour d’un socle de valeurs à la fois universelles et sénégalaises’’.

Le club, dont l’équipe féminine est championne du Sénégal, dit vouloir” favoriser, à travers une pratique sportive saine, le vivre et agir ensemble, l’éducation, l’engagement et le respect de l’environnement’’. Il déclare que ‘’l’atteinte de résultat sportif ne peut se faire au dépend de ces objectifs et du respect de l’institution.’’

Yaye Sokhna Mengue, l’entraîneuse principale de l’équipe féminine, qui n’est pas concernée par ces licenciements, a décidé de partir de son plein gré, en soutien à ses adjointes.

‘’J’ai reçu un message du président où il disait ne pas être content de l’attitude de mes adjointes, car il a reçu des vidéos d’elles faisant des pratiques mystiques et qu’il ne peut plus continuer sa collaboration avec elles. Je lui avais dit que ce n’était pas le moment et qu’une telle décision pourrait déstabiliser l’équipe. Et que s’il prenait cette décision, je partirai avec elles’’, a-t-elle expliqué.

L’entraîneuse, arrivée l’année dernière à Dakar Sacré-Cœur, estime que ce qui leur est reproché ‘’n’est pas un problème majeur”. “Ce que nous avons fait n’est pas si grave que ça. Nous sommes au Sénégal et nous avons nos réalités’’, a-t-elle fait valoir.

‘’Nous sommes des responsables. Ils n’ont aucun motif valable pour nous licencier. Alors, je demande à tous les acteurs du football féminin de réagir face à cette situation. Ce n’est pas normal. Nous méritions au moins des avertissements afin de savoir à quoi nous en tenir si nous recommencions. Nous ne méritons pas une telle sanction’’, affirme Yaye Sokhna Mengue.

Dakar Sacré-Cœur affrontera, le 7 août prochain les Mogbewmo Queens de la Sierra Leone, lors de la première journée du tournoi qualificatif de la Ligue des champions féminine de la Confédération africaine de football (CAF), Zone ouest A, prévu à Monrovia (Liberia).

Elles s’opposeront deux jour après aux Determine Girls de la Sierra Leone pour la deuxième journée de ces éliminatoires. Lors de la dernière journée, les représentantes du Sénégal affronteront l’AS Mande du Mali, le 12 août.

Demi-finaliste de la Coupe du Sénégal, l’équipe a joué 21 matchs sans défaite durant la dernière saison.

SK/ASG

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

MONDE-AFRIQUE-SANTE / Couverture sanitaire universelle: des ministres africains plaident pour une mobilisation des ressources domestiques

De l’envoyée spéciale de l’APS :  Sokhna Khadidiatou Sakho Genève, 29 mai (APS) – Pl…