De l’envoyé spécial de l’APS, Ousmane Ibrahima Dia

Johannesburg, 19 août (APS) – L’ancien ministre sénégalais des Affaires étrangères Cheikh Tidiane Gadio a mis en exergue, samedi, à Johannesburg, au forum des médias des BRICS, les impacts des politiques innovantes du président chinois Xi Jing Ping dans le cadre du partenariat entre Pékin et le continent africain.

S’exprimant devant quelque 200 participants-dirigeants de médias, journalistes, experts, ministres, homme d’affaires, etc-, M. Gadio a rappelé dans une communication intitulée ‘’L’Afrique face aux défis des partenariats innovants’’, que ‘’la transformation sans précédent des relations entre la Chine et l’Afrique a pris une tournure et une ampleur phénoménales que les prospectivistes et géo-stratégistes des années 80 et 90 n’avaient pas simplement vu venir’’.

Selon lui, ‘’tandis que beaucoup d’analystes, de penseurs et de scrutateurs du futur, réfléchissaient sur le rôle et la place de l’Afrique dans le façonnement du premier siècle du nouveau millénaire, la Chine amorçait une rupture paradigmatique profonde dans la manière de concevoir les relations économiques, politiques, diplomatiques, sociales, culturelles avec l’Afrique’’.

Pour Cheikh Tidiane Gadio, ‘’la Chine, puissance mondiale émergente à la fin du siècle dernier, avait probablement senti et perçu, plus que tous les autres partenaires, anciens et nouveaux, que l’Afrique allait prouver sa centralité dans la géopolitique d’un monde en totale recomposition, et devenir par ce fait, la cible privilégiée de toutes les géostratégies de positionnements et de partenariats positifs, féconds ou de business as usual’’.

Xi Jing Ping, ‘’un leader visionnaire’’

Il est revenu sur la décision de l’ancien président sénégalais Abdoulaye Wade de renouer ‘’les relations d’amitié et de coopération’’ avec la Chine ‘’en réparant l’erreur historique de la rupture insensée des relations diplomatiques, mais aussi en proposant à l’Afrique le renouveau du Panafricanisme et de la théorie des grands ensembles’’.

Alors que le président Wade ‘’bouclait sa contribution à ce cycle historique en 2012’’, Cheikh Tidiane Gadio note que ‘’la Chine confiait son destin en 2013 à un nouveau dirigeant, le président X Jinping, (…) un leader visionnaire qui a accéléré la cadence des transformations économiques dans son pays et qui a imposé une reconfiguration de toute la géopolitique planétaire (…)’’.

Selon lui, ‘’(…) le Président XI a proposé des innovations importantes dans la façon de coopérer’’ et exprimé ‘’une volonté de bâtir un partenariat innovant entre la Chine son pays et l’Afrique’’.

”Les faits et les chiffres sont là incontestables même si une naïveté excessive ne doit pas être l’arbre qui cache la forêt’’, a souligné M. Gadio, estimant qu’il ‘’y a nécessairement des problèmes dans tout partenariat même gagnant-gagnant qui n’est pas non plus à l’abri d’erreurs et de manquements qu’il s’agira toujours d’identifier courageusement et de vite corriger’’.

Il a cité un de ses successeurs au ministère des Affaires étrangères, Amadou Ba, qui déclarait en 2019 au magazine Jeune Afrique, que ‘’10.000 km de routes, 6.000 km de voies ferrées, 30 ports, 20 aéroports, et 80 centrales électriques ont été réalisés au cours de la dernière décennie par des firmes chinoises à travers le continent’’.

La Chine est devenue ‘’le premier partenaire commercial du continent, l’un de ses plus importants partenaires financiers, en même temps que son principal chef de chantier’’, a dit M. Gadio, citant le magazine continental.

Selon lui, ‘’la volonté exprimée à travers les politiques du Président Xi d’accompagner l’industrialisation de l’Afrique pour que +celle- ci puisse transformer sur place ses productions et ainsi créer des emplois et les richesses dont elle a besoin+ est  remarquable et inédite dans les partenariats avec l’Afrique’’.

Constitue également une innovation à ses yeux, ‘’le désir exprimé par la Chine de faciliter l’accès de son marché aux exportations africaines, notamment agricoles’’.

Selon Cheikh Tidiane Gadio, ‘’Pékin souhaite même aider le continent à valoriser ses atouts en se dotant de capacités endogènes de transformation de ses produits de base et aussi à accéder à l’industrialisation’’.

Il estime que cette volonté du Président XI ‘’arrive à point nommé pour atténuer quelque peu les critiques contre l’importation massive de produits chinois qui provoque le déclin de l’embryon du secteur industriel africain, notamment textile dans les rares pays où il a pu se développer comme les faillites observées en Zambie, Afrique du Sud, Nigeria par exemple’’.

Selon M. Gadio toujours, ‘’le bilan de la Coopération entre l’Afrique et la Chine est globalement très remarquable par l’importance des ressources financières engagées par la partie chinoise’’.

‘L’effet positif du nouveau paradigme du partenariat innovant Chine-Afrique’’

La République populaire de Chine ‘’a contribué à plus de 20% à la croissance économique de l’Afrique pendant de nombreuses années’’, a-t-il relevé, soulignant qu’avec ‘’ces échanges commerciaux record avec l’Afrique et le taux sans précédent de 254 milliards de dollars enregistré en 2021, le commerce Chine-Afrique maintient une croissance à deux chiffres et a augmenté de 23% au 1er trimestre 2022’’.

Il a rappelé que les secteurs de concentration de l’investissement de la Chine sont importants pour le développement socio-économique du continent. M. Gadio a cité les secteurs miniers et pétroliers, la construction d’infrastructures et le développement du secteur des télécommunications.

Il a également abordé ‘’un autre secteur qui n’a pas fait l’objet de beaucoup de publicité’’, c’est-à-dire ‘’la formation des Forces de défense et de sécurité africaines dans les grandes écoles militaires chinoises’’’.

”C’est pourtant là une contribution essentielle au moment où le continent subit l’assaut de plusieurs forces négatives (des terroristes extrémistes violents aux mercenaires)  (….)’’, a-t-il relevé.

Il estime aussi que ‘’l’autre effet positif apporté par le nouveau paradigme du partenariat innovant Chine-Afrique lancé par le Président XI est la réaction positive des autres partenaires traditionnels de l’Afrique comme les États-Unis et l’Europe’’.

L’ancien ministre constate que ‘’tous ont annoncé récemment des chiffres sans précédent dans le domaine du commerce et des investissements pour leur nouvelle coopération avec l’Afrique’’.

”La Chine aura au moins stimulé cet engouement pour des investissements massifs en Afrique et cette compétition tant qu’elle demeure saine et sans trop d’arrière-pensées ne sera que tout bénéfice pour l’Afrique’’, a dit Cheikh Tidiane Gadio.

OID/ASG

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-ANGLETERRE-FOOTBALL / Everton: Idrissa Gana Guèye prolonge son contrat d’une année

Dakar, 22 mai (APS) – L’international sénégalais Idrissa Gana Guèye a prolongé dR…