Kaolack, 28 avr (APS) – Le président du Cadre de concertation des producteurs d’arachide (CCPA), Sidy Bâ, s’est réjoui vendredi de la ‘’forte subvention’’ que l’Etat sénégalais a consentie sur les fertilisants, ainsi que de la mise à disposition de 50 mille tonnes de phosphate aux producteurs.

 ‘’Nous sommes satisfaits parce que, cette année, les fertilisants ont été fortement subventionnés, que ce soient les fertilisants chimiques ou ceux organiques. Et la très bonne nouvelle, c’est qu’on va mettre à la disposition des producteurs que nous sommes 50 mille tonnes de phosphates, pour nous aider à mieux refertiliser les terres’’, s’est-il réjoui dans un entretien exclusif avec l’APS.

 Porte-parole du CNCR, Sidy Bâ estime qu’il faut organiser des séances de sensibilisation auprès des acteurs agricoles, notamment des paysans, pour ‘’tirer les leçons du passé par rapport à l’utilisation de ces phosphates-là’’.

‘’Il faut que les paysans soient bien sensibilisés et bien capacités pour que, une fois les phosphates mis entre leurs mains, qu’ils puissent les utiliser à bon escient, pour éviter de faire comme par le passé, au temps du régime socialiste, où on a subventionné plusieurs milliers de tonnes de phosphate qu’on a laissées derrière les concessions et qui n’ont pas servi à grand-chose’’, a-t-il suggéré.

Il estime que ces expériences-là doivent servir à quelque chose pour aborder la prochaine saison hivernale en toute sérénité. Il assure que les prévisions de l’Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie (ANACIM) pour la prochaine saison des pluies sont ‘’rassurantes’’.

 ‘’Selon l’ANACIM, les premières pluies vont s’installer à partir du 15 juin et l’hivernage va se prolonger jusqu’à mi-octobre. Ce sont des nouvelles qui nous rassurent, même si nous avons quelques inquiétudes par rapport aux pauses pluviométriques annoncées pour les mois d’août et septembre 2023’’, a-t-il dit confié.

Ces mois-là sont des ‘’périodes cruciales’’ pour les cultures, justifiant ainsi la nécessité d’aller vers la maîtrise de l’eau, ‘’condition sine qua none’’ de la réussite d’’’une agriculture performante’’ au Sénégal et pouvant nourrir les Sénégalais.

 ‘’Il faut forcément que nous allions vers une maîtrise complète de l’eau pour que les paysans puissent cultiver toute l’année et pas seulement pendant l’hivernage’’, a-t-il indiqué.

 ADE/ASG

Dans la même rubrique
Charger plus dans economie

Voir aussi...

SENEGAL-INSTITUTIONS / Mise à jour du règlement intérieur de l’Assemblée nationale: le groupe de travail va déposer ses conclusions, mercredi

Dakar, 23 juil (APS) – Le groupe de travail mis en place pour réactualiser le Règlement in…