Dakar, 29 mai (APS) – La fondation Batonga a décidé d’étendre ses activités de promotion sociale et économique aux régions de Kolda et Sédhiou, situées dans le sud du Sénégal, pour entre autres missions y combattre les mariages précoces, a déclaré à l’APS sa présidence et fondatrice, la chanteuse franco-béninoise Angélique Kidjo.

‘’Je choisis toujours les régions où on me signale des besoins’’, a répondu Kidjo, dans une interview accordée à l’APS, à la question de savoir pourquoi elle s’investit dans l’‘’autonomisation’’ et le ‘’leadership des filles et des femmes’’ dans cette partie du Sénégal.

C’est la première fois, depuis sa création en 2006, que la fondation Batonga étend ses activités au-delà du Bénin, a-t-elle précisé.

La chanteuse franco-béninoise aux nombreuses et prestigieuses distinctions dit avoir choisi les régions de Kolda et Sédhiou pour aider à éviter les mariages précoces, qui y sont monnaie courante.

Elle ajoute avoir pris la décision de s’investir dans la promotion sociale et économique des filles et des femmes de ces deux régions sénégalaises en raison de leur appartenance au monde francophone.

‘’Sur le plan international, les pays anglophones sont de [loin] devant nous […] Nous des pays francophones sommes derrière les anglophones. Ça se voit dans les organisations internationales […] Nous avons pourtant les mêmes problèmes que les adolescents des pays anglophones’’, a commenté Angélique Kidjo.

‘’Le rôle de la fondation Batonga est de faire entendre la voix des francophones africains en apprenant aux adolescentes à entreprendre et à participer au bien-être de leur famille et de leur communauté’’, a-t-elle ajouté.

La célèbre chanteuse tient à préciser que sa fondation ne vient pas au Sénégal pour remettre en question l’autorité des parents sur les enfants.

Batonga ‘’aide les filles à trouver du travail, à faire du business et à gagner de l’argent’’, a-t-elle dit, ajoutant : ‘’C’est ce que j’ai envie de faire dans ces deux régions du Sénégal. Que les parents comprennent qu’on n’est pas là pour arracher quelque chose, mais pour leur venir en aide.’’

La fondation veut offrir ses services à quelque 3.000 filles et femmes du Sénégal, dans une première phase, et n’exclut pas d’étendre ses activités à d’autres régions du pays, selon sa présidente.

Le lancement de ses activités au Sénégal aura lieu ce mardi au King Fahd Palace, à Dakar. Angélique Kidjo se rendra ensuite dans les régions de Kolda et Sédhiou.

Elle affirme avoir appris à connaître le Sénégal grâce à Youssou Ndour et à ses activités d’ambassadrice de l’Unicef, l’agence des Nations unies chargée de l’enfance.

FKS/ESF

Dans la même rubrique
Charger plus dans Culture

Voir aussi...

SENEGAL-ECONOMIE / Élevage : le chef de l’État fait plusieurs recommandations au gouvernement

Dakar, 22 mai (APS) – Le président de la République a fait une série de recommandations au…