Thiès, 14 mars (APS) – Le candidat du Parti de l’unité et du rassemblement (PUR) à la présidentielle du 24 mars, Alioune Mamadou Dia, promet de faire de Thiès la région qui portera le développement du Sénégal, s’il est élu à la tête du pays.

Aliou Mamadou Dia, dont la caravane a sillonné différentes artères de la capitale du rail, compte capitaliser sur le potentiel de la région de Thiès, “la plus riche du Sénégal”.

Mais “malheureusement, nos dirigeants n’ont pas pu valoriser le grand potentiel qui existe dans la région”, a-t-il dit au terme de sa caravane qui s’est arrêtée devant l’hôtel de ville de Thiès.

“Je m’engage à capitaliser ce potentiel pour faire de […] Thiès, la région qui va porter notre économie à tout point de vue”, a déclaré le candidat du Parti de l’unité et d rassemblement.

Il promet de faire pour Thiès “ce que personne n’a jamais fait” pour cette ville qui a “tout donné au Sénégal”, alors que l’État “n’a absolument rien fait” pour elle en retour.

Le candidat du PUR envisage de réhabiliter l’industrie à Thiès, qui a été le “deuxième poumon industriel du Sénégal”, mais qui a vu mourir la plupart de ses usines, dont la SISMAR, la Sigelec qui fabriquait des batteries, ainsi que l’industrie textile.

Il compte donner une autre dimension au chemin de fer qui a fait de Thiès un melting-pot, dans la sous-région.

“Notre ambition est de reprendre le chemin de fer entre Dakar et Bamako, mais aussi de nouvelles lignes qui relieront toutes les régions du pays et les grandes villes du pays, pas avec des vieux trains, mais avec des trains à grande vitesse”, a-t-il dit.

Alioune Mamadou Dia annonce, dans les prochains jours, la projection en 3D de son projet déjà conçu, dit-il, et portant sur le maillage du Sénégal en lignes ferroviaires.

Thiès abritera, s’il est élu à la présidence de la République, “le plus grand technopole d’ingénierie en Afrique de l’Ouest”, à savoir l’Institut sénégalais du futur, qui sera spécialisé dans l’intelligence artificielle, la robotique, l’Internet des objets, entre autres.

“Allou Kagne”, sous son magistère, abritera le plus grand centre de technologie digitale et d’innovation en Afrique de l’Ouest, une sorte de Silicon Valley, selon Aliou Mamadou Dia.

“Allou Kagne” est une zone de forêt située à la sortie de la ville de Thiès.

Le candidat du PUR compte faire de Thiès une ville de technologie et d’ingénieur, en réformant les écoles sur place.  Ce qui, assure-t-il, devrait contribuer à l’emploi des jeunes, grâce à leur formation dans ces métiers d’avenir.

Le candidat du PUR misera aussi, pour créer des emplois, sur l’agriculture, une des vocations de la région, notamment dans la zone horticole des Niayes, en renforçant l’accès à la terre, au financement et la maîtrise de l’eau, promet-il.

Pour ce qui est des ressources naturelles, il veut faire profiter les populations de la région des richesses de leur sous-sol, à savoir le zircon, les phosphates, le ciment, entre autres. Ce qui devrait, à ses yeux, se traduire à un meilleur accès aux services sociaux de base (eau, électricité, éducation, santé).

L’économie de la région, qui abrite les principaux grands quais de pêche du pays, devra aussi être tirée par ce secteur important.

Au plan culturel, il entend implanter à Thiès une industrie culturelle et cinématographique, pour mettre en valeur le potentiel artistique et en faire un des hauts-lieux de l’industrie culturelle et du cinéma en Afrique de l’Ouest. Il estime que grâce à son potentiel, Thiès peur dépassé Ouagadougou avec son Fespaco, le festival de cinéma qui se tient dans la capitale du Burkina Faso.

Pour Alioune Mamadou Dia, qui revendique son appartenance à cette ville où il compte des parents et des amis, “il est grand temps que l’État du Sénégal (prête) attention à la jeunesse de thiéssoise”, qui s’est longtemps vu accoler le sobriquet de “jeunesse malsaine”.

La jeunesse de Thiès n’est “pas malsaine, mais plutôt brave, courageuse et (elle) nourrit l’ambition de développer le pays”, dit-il.

“La ville de Thiès a tout donné au Sénégal, mais l’État n’a absolument rien donné aux Thiéssois et à la ville de Thiès”, a-t-il insisté, rappelant les combats dont cette localité a été le précurseur.

“Thiès a payé de son sang pour la liberté du Sénégal (pour l’instauration de) la meilleure démocratie en Afrique, pour le développement de notre pays, pour la liberté syndicale, d’opinion et de communication”, a-t-il ajouté.

Il estime, en dressant son propre portrait, que la présidentielle de cette année est “le moment de faire le bon choix, de choisir un homme qui a de l’expérience dans le domaine du développement des communautés à la base”, mais aussi un “homme intègre avec les mains propres”.

Pour Sheikh Alassane Sène, président de la coalition Jammi Reew Mi, aux côtés duquel le candidat parcourait la ville, Alioune Mamadou Dia est “sorti des laboratoires mystiques” du guide spirituel des Moustarchidines, Serigne Moustapha Sy, personne morale de cette formation politique, “pour sauver le Sénégal”.

ADI/BK

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-MONDE-DEVELOPPEMENT / Réunions de Printemps : Dakar réarffime sa volonté de “compter d’abord sur ses propres moyens”

Dakar, 21 avr (APS) – Le Sénégal a mis à profit les réunions de Printemps 2024 du FM…