Dakar, 30 mars (APS) – L’officialisation par le Conseil constitutionnel de la victoire de Bassirou Diomaye Faye à l’élection présidentielle et les dernières décisions de la réunion Conseil supérieur de la magistrature (CSM) présidée par Macky Sall sont au menu des quotidiens reçus, samedi, à l’Agence de presse sénégalaise (APS).

‘’C’est officiel. Bassirou Diomaye Diakhar Faye est reconnu officiellement comme le président de la République du Sénégal. Son élection a été actée par le Conseil constitutionnel, hier, à l’issue de sa séance’’, rapporte Vox populi.

Le Conseil constitutionnel a publié vendredi les résultats officiels définitifs de l’élection présidentielle, confirmant la victoire de Bassirou Diomaye Faye dès le premier tour avec un score de 54,28% des suffrages.

Selon L’Info, ‘’le juge des élections intronise Diomaye’’.

Le président élu qui prendra officiellement fonction le 2 avril devra d’abord prêter serment avant de recevoir le témoin de son futur prédécesseur, indique Le Soleil, qui rappelle que la ‘’prestation de serment est une obligation solennelle’’.

Le même journal revient sur la réunion du Conseil supérieur de la magistrature présidée, vendredi, par Macky Sall, et marquée par la nomination du magistrat Abdoulaye Ndiaye à la tête de la Cour suprême en remplacement de Aly Ciré Ba, parti à la retraite.

‘’Abdoulaye Ndiaye est le nouveau président de la Cour suprême. C’est l’une des décisions phares prises par le Conseil supérieur de la magistrature. Il remplace Ciré Aly Ba, parti à la retraite. Une grosse surprise d’autant plus que ce Conseil est le dernier du Président Sall qui passe le témoin officiellement à Bassirou Diomaye Faye ce 2 avril. Et cette promotion de dernière minute de Abdoulaye Ndiaye suscite moult commentaires et suspicions. Jusque-là président de chambre à la Cour suprême, il a été vivement critiqué et même récusé par la défense de Ousmane Sonko. Une nomination et d’autres qui interviennent à trois jours du départ de Macky Sall du pouvoir’’, écrit le quotidien Bës Bi.

Selon le quotidien Les Echos, ‘’Abdoulaye Ndiaye, la terreur de Ousmane Sonko, bombardé président de la Cour suprême’’.

‘’Abdoulaye Ndiaye, alors président de la Chambre administrative de la Cour suprême a examiné le recours de Ousmane Sonko portant sur le retrait de son nom des listes électorales ainsi que le refus de la Direction générale des élections de lui remettre les fiches de parrainages. (…) Comme par ironie du sort, il vient à la tête de la haute juridiction au moment où Ousmane Sonko et Bassirou Diomaye Faye accèdent au pouvoir’’, souligne le journal.

L’As parle d’une dernière réunion du CSM ‘’controversée’’. A en croire la publication, concernant la nomination de Abdoulaye Ndiaye, ‘’beaucoup se posent des questions sur les motivations du chef de l’Etat sortant en ce sens qu’il sait que le premier président de la Cour suprême est inamovible’’.

Selon Sud Quotidien, ‘’la nomination de ce haut magistrat (…) fait grincer les dents’’. ‘’Le bouillant député Guy Marius Sagna s’interroge sur le timing mais aussi sur les motivations du président Macky Sall qui doit quitter le pouvoir le 2 avril’’, dit Sud.

Dans le journal EnQuête, le parlementaire dénonce ‘’une nomination anticonstitutionnelle’’. ‘’C’est une violation flagrante de la loi fondamentale, en contradiction avec l’esprit de la constitution, pendant une période où le président de la République ne devrait que s’occuper des affaires courantes’’, selon le député.

OID

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-AFRIQUE-CULTURE / MASA 2024 : une édition pour assumer la ‘’fonction économique’’ de l’évènement, selon son directeur général

Dakar, 12 avr (APS) – La 13e édition du Marché des arts et du spectacle d’Abidjan (MASA), …