Diella (Kanel), 8 déc (APS) – Le village de Diella, dans le département de Kanel (nord), dispose désormais d’un studio de production, ‘’Palel daande mayo records’’, grâce au musicien et producteur Mody Diacko alias MC Mody, dont l’ambition est de participer à l’éclosion de jeunes talents dans la région de Matam et les localités voisines de la Mauritanie.

Diella, une localité du Daande Mayo Sud, dans la commune de Horkodiéré, est situé à 78 km de Matam, la capitale régionale.

Dans un local un peu étroit sis au centre du village, quelques jeunes sirotent du thé, tout en écoutant de la musique rap distillée par de puissants bafles connectés à un ordinateur. Aux manettes, le jeune rappeur MC Mody s’amuse avec les boutons de sa table de mixage, les yeux rivés sur un écran d’ordinateur affichant les titres de  sons de rap qu’il a lui-même produits.

A travers son studio baptisé du nom de ‘’Palel daande mayo records’’, le jeune homme ambitionne de participer à l’éclosion des jeunes talents de son village, mais aussi de toutes les localités environnantes et au-delà de la région de Matam, le département Bakel et les localités de la rive gauche du fleuve Sénégal, en Mauritanie. Il dit avoir mis en place ce studio en 2021 avec le souhait d’accompagner ses “frères” désirant évoluer dans le rap.

‘’Nous ne voulons pas qu’ils passent par les chemins cahoteux que nous avons connus, à une époque où il n’existait aucune structure de production dans la région de Matam’’, explique le musicien dans un entretien avec l’APS.

Pour se produire, rappelle-t-il,  ‘’il fallait aller jusqu’à Dakar”. Une fois dans la capitale, ‘’l’artiste ne disposait pas de beaucoup de temps pour se produire, sans compter la pression de la ville ou encore de celle des producteurs’’, souligne MC Mody.

Tout cela, dit-il, peut faire perdre à l’artiste ses idées et le pousser à rater tout un projet artistique, explique Mc Mody, dont l’ambition est de vouloir éviter de telles difficultés aux jeunes qui viennent d’embrasser une carrière musicale.

‘’C’est pour cela que nous avons décidé de mettre en place +Palel daande mayo records+, pour aider les jeunes à se produire dans la région, sans se déplacer jusqu’à Dakar ni aller à Matam. Nous avons depuis lors lancé des jeunes et pousser aussi d’autres qui avaient déjà commencé leur carrière’’, a laissé entendre le rappeur, tout de noir vêtu.

Il souligne que beaucoup d’artistes viennent de localités très éloignées de son village situé à trois kilomètres de la route nationale, à hauteur de Gassembéry, notamment Ranérou, Bakel, Werma, Younouféré et des villages voisins de la Mauritanie.

Un disciple de Pako leñol, le précurseur du rap en pulaar

Le rappeur, connu également sous le nom de ‘’Mo Futaanke’’, dit avoir aimé le rap grâce au duo formé par Pako Leñol et Abou Camara, il y a presque 20 ans. Les premières notes de ce groupe, composé d’un Sénégalais et d’un Mauritanien; l’ont trouvé à Dakar, alors qu’il cartonnait dans le Fouta, se souvient-il.

C’est en 2007 que MC Mody a décidé de faire carrière dans ce genre musical. Il commença à les suivre partout et jouer à leurs côtés, ce qui lui a valu le surnom de ‘’almudo Pako Leñol ’’ (disciple de Pako Leñol).

‘’Un an plus tard, avec MC Allay, nous avons créé le groupe Pellital leñol. Depuis lors, nous avons sorti beaucoup de singles, alors que nous n’avions pas de studio. Nous sommes en pleine préparation de la sortie de notre album +Daade gadane+ (les premières voix) qui sera produit par Blues Connexion de Baba Maal’’, précise le musicien. Il ne veut pas se presser pour sortir un album, préférant, dit-il, prendre du temps pour sortir un produit bien fait, ‘’même s’il devait être le seul de toute sa carrière’’.

Dans ses chansons, l’artiste qui est aussi producteur, prône une musique qui conscientise, éveille et éduque. Une musique qui participe aussi au développement du terroir.

Actuellement, son opus intitulé ‘’walam mi heba dedbo’’ (Aidez-moi à avoir une femme) reste l’un des sons les plus commentés par les mélomanes dans la région depuis sa sortie, en 2019.

‘’Beaucoup de gens disent que je n’ai jamais réalisé un produit aussi bon. Des jeunes comme des adultes et des vieux l’écoutent et me font des retours positifs. J’ai chanté sur plusieurs sujets, mais qui n’ont pas eu cette ampleur ’’, dit-il.

Lors de la cérémonie de remise des chèques aux bénéficiaires du Fonds de développement des cultures urbaines (FDCU), MC Mody a chauffé la salle du centre culturel de Matam avec ce son que le public reprenait en chœur.

AT/ASB/AKS/ASG

Dans la même rubrique
Charger plus dans Culture

Voir aussi...

SENEGAL-CULTURE-NECROLOGIE / Décès de El Hadji Alé Niang, la “voix” de Bambey

Bambey, 27 fév (APS) – Le président des communicateurs traditionnels de Bambey (cent…