Dakar, 26 juil (APS) – Les conséquences de la migration irrégulière et la candidature de Benno Bokk Yaakaar (BBY) à l’élection présidentielle du 25 février 2024 dominent la livraison des quotidiens pour ce mercredi.

‘’Le pays est secoué par un drame migratoire qui renseigne de l’échec de la politique de jeunesse, l’offre d’emplois pour les jeunes surtout’’, affirme Kritik’.

‘’Le gouvernement entre deux feux’’, titre L’info en parlant de la migration irrégulière et des inondations.

Confronté aux inondations et aux vagues de migrants cherchant à entrer irrégulièrement en Europe, ‘’le gouvernement a peu de marge de manœuvre’’, ajoute le même journal.

‘’Pour autant, il ne s’avoue pas vaincu […] Il a annoncé une panoplie de mesures pour juguler les deux phénomènes’’, poursuit L’info.

‘’Il faut qu’ils comprennent le tragique phénomène de la migration de nos jeunes’’, s’écrie Boubacar Sèye, le leader de l’organisation Horizon sans frontières, dédiée aux questions migratoires. ‘’Ils ne parlent que la langue de bois’’, s’indigne M. Sèye en parlant des hommes politiques, sous le coups de crayon du dessinateur de Tribune.

Ce dernier énumère les causes de la migration irrégulière : la ‘’rareté de ressources halieutiques’’, ‘’les licences de pêche [délivrées] aux bateaux étrangers’’ et la ‘’pauvreté endémique’’.

‘’Lutte contre l’émigration [irrégulière] : l’Etat veut stopper la vague’’, titre Le Quotidien, ajoutant : ‘’Très forts, les membres du gouvernement, pour essayer de convaincre l’opinion qu’ils prennent des mesures pour arrêter les flots de migrants […] Après avoir montré les muscles, il faudra à l’État de changer de politique pour que les jeunes mordent à l’hameçon des promesses de vie meilleure. Vite, il lui reste six mois pour proposer autre chose !’’

‘’Les programmes en faveur de l’emploi ne doivent pas donner l’impression de répondre à des situations de crise sociale ou politique, mais d’être conçus pour des résultats à plus ou moins long terme’’, relève Le Quotidien, préoccupé par ‘’la recrudescence des chavirements de pirogues’’.

Libération signale qu’‘’au moment où une pirogue chavirait au large de Ouakam, deux embarcations s’apprêtaient à prendre les eaux à Saint-Louis et à Diogo’’.

Attention à la carte Amadou Mame Diop !

‘’Rallier l’Europe a toujours a été leur souhait le plus ardent. Tentant l’immigration irrégulière en passant par la Tunisie, ces Sénégalais se retrouvent malgré eux à Sfax. Dans cette ville tunisienne, ils cumulent de petits boulots pour se payer le ticket du voyage […] vers l’Europe’’, rapporte L’Observateur. Il consacre un dossier à la question de la migration irrégulière.

‘’Seize morts au lieu de 18’’, note Le Soleil, concernant le bilan du chavirement d’une pirogue transportant des migrants au large de Dakar.

‘’Chacun y est allé avec ses chiffres et ses explications après le chavirement d’une pirogue dans la nuit de dimanche à lundi’’, écrit le même journal, ajoutant que ‘’le bilan officiel fait état de 16 morts et de trois rescapés, comme l’a fait savoir […] le porte-parole du gouvernement’’.

En ce qui concerne le choix du candidat de BBY pour l’élection présidentielle de 2024, WalfQuotidien évoque l’habitude qu’a Macky Sall de ‘’dérouter son monde’’ chaque fois qu’il doit prendre une décision importante. ‘’En fera-t-il de même pour le scrutin présidentiel de février 2024 en choisissant un homme inattendu comme Karim Wade ou Idrissa Seck, pour diriger la liste de sa coalition ?’’ se demande le journal.

‘’Le président Macky Sall tarde toujours à se décider sur sa succession, alors que la présidentielle arrive à grands pas […] Le plus difficile sera de trouver le profil lui permettant de ne pas perdre dans ses principaux bastions’’, souligne EnQuête.

Le même journal annonce ‘’une alliance stratégique entre Abdoulaye Daouda Diallo et Aly Ngouille Ndiaye, contre Amadou Ba’’. Selon EnQuête, le Premier ministre reste tout de même le ‘’favori’’, concernant le choix du candidat à faire par Macky Sall.

‘’Attention à la carte Amadou Mame Diop !’’ titre Tribune, qui classe le président de l’Assemblée nationale parmi les favoris.

L’As attribue la levée du ‘’blocus’’ sur le domicile d’Ousmane Sonko au roi du Maroc, Mohammed VI. ‘’Cela résulte d’une médiation menée par le roi du Maroc, qui devrait d’ailleurs recevoir, dans les jours à venir, le maire de Ziguinchor (Ousmane Sonko) et le président Macky Sall’’, affirme le journal.

M. Sonko ‘’ne fait plus d’appels à l’insurrection’’, rapporte Bés Bi Le jour en citant le porte-parole du gouvernement, Abdou Karim Fofana, lequel affirme que c’est cela à l’origine de la levée du ‘’blocus’’.

Pendant près de deux mois, les forces de l’ordre surveillaient le domicile à Dakar de l’opposant et empêchaient ses proches, ses militants, ses alliés politiques et ses avocats de lui rendre visite.

ESF

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-SOCIETE-JEUNESSE / Matam : des jeunes exposent leurs attentes et recommandations pour le développement de la région

Matam, 20 juil (APS) – Des jeunes de Matam ont exposé samedi, leurs attentes, ambiti…