Dakar, 17 juin (APS) – Une dégustation du ”mbaxallu araw” a été organisée dans le but de promouvoir la diversité culinaire et de célébrer la richesse du patrimoine gastronomique sénégalais, dans le cadre des concepts ‘’l’Afrique à travers nous et Bajjen Wax Ma’’, a constaté l’APS.

Cet événement vise à mettre en avant la beauté culturelle du pays, en mettant en lumière les personnes qui portent ces traditions avec fierté. ‘’Nous avons utilisé du mil en granulé avec du sel afin qu’il s’invite dans nos repas de midi. L’idée, c’est de pouvoir décomplexer ceux qui n’ont pas de moyens de s’acheter du riz, pour faire ce plat’’, a déclaré Ramatouyale Sissokho, styliste et initiatrice de ces concepts.

Selon elle, il s’agit de revisiter ce plat en vue de pouvoir trouver le bonheur de tout le monde, surtout pour ceux qui ne peuvent plus manger du riz. ‘’Pour ces gens qui n’ont pas le moyen de s’acheter du riz, cela leur permet d’en avoir comme repas de midi avec du poisson séché ou de la viande’’, a-t-elle expliqué.

Ce concept vise d’après elle, a amené les gens à vivre en harmonie par rapport à la culture sénégalaise et selon l’endroit où l’on se trouve. Elle a noté que cette séance de dégustation reste un moment unique de découvrir les saveurs de la cuisine sénégalaise.

‘’Bajjen Wax Ma, c’est un concept qui allie tradition et modernité afin de nous offrir une véritable éducation sur les rituels sénégalais pratiques ayant un lien direct avec nos modes de vie dans de nombreux aspects tels que les comportements vestimentaires, alimentaires relationnels, etc.’’, a-t-elle ajouté.

Hormis la dégustation, ce concept permet d’exposer également les poupées faites maison dans le but de replonger les populations dans leurs souvenirs pleins d’émotions et de quiétude.

‘’Ce projet est pour nous un moyen de réunir toutes les générations dans un espace d’échanges et d’apprentissage en toute convivialité’’, a-t-elle précisé, soulignant qu’il vise aussi à contribuer une à éducation par la culture à travers des rencontres de lecture comme ‘’un mois, un livre, un kora’’. Ce sont, selon Mme Sissokho, des moments privilégiés pour échanger sur des ouvrages inspirants et significatifs.

AMN/ADC/ASG

Dans la même rubrique
Charger plus dans Culture

Voir aussi...

SENEGAL-CULTURE-DIAGNOSTIC / Matam : un officiel évoque les freins au développement de la culture dans la région

Kanel, 20 mai (APS) – Le centre culturel régional de Matam (nord) est appelé à faire…