Dakar, 3 juin (APS) – Le ministre de la Culture et du Patrimoine historique, Aliou Sow a inauguré, vendredi, le nouveau Centre d’interprétation pour la revitalisation de la maison des esclaves sur l’île de Gorée, a constaté l’APS.

Ce centre est construit sur le site de l’ancien emplacement du musée de la femme Henriette Bathily.

La cérémonie s’est déroulée en présence du maire de Gorée, Me Augustin Senghor, du représentant de la coalition internationale des sites de conscience, l’ambassadeur Doudou Diène, du conservateur de la maison des esclaves de Gorée, Eloi Coly et de représentants de la Fondation Fords USA,  entre autres.

Ce projet de revitalisation de la maison de Gorée est financé pour un coût global d’1 million 800 milles dollars américains, soit environ 1 milliard 142 millions de francs CFA. Il s’agit d’un cofinancement entre la fondation Fords des Etats Unis à hauteur de 650 millions de Francs CFA et l’Etat du Sénégal pour une valeur de 492 millions de FCFA, selon le Ministère de la Culture.

Aliou Sow a indiqué que ce centre d’interprétation représente un lieu de convergence de connaissances.  “Il s’agit d’un espace dédié à la découverte et un carrefour où les passionnés de cultures, les chercheurs et les curieux peuvent se réunir pour explorer, échanger les idées et élargir les horizons à travers des ateliers et des programmes éducatifs », a souligné M. Sow.

Il a affirmé que les acteurs de ce projet ont travaillé “main dans la main pour restaurer les éléments architecturaux d’origine, améliorer l’accessibilité et moderniser les installations tout en préservant l’âme unique de ce haut lieu de mémoire”.

“La synthèse pédagogique du contenu de ce centre doit pouvoir inspirer nos jeunes générations en les mettant dans une dynamique de maîtrise et d’appropriation de leurs vérités historiques”, a estimé le ministre de la Culture et du Patrimoine historique.

Il a procédé à une visite de la nouvelle exposition de la maison des esclaves de Gorée qui ne se limite pas seulement à rappeler les horreurs du passé. “Cette nouvelle exposition est un appel à l’action, une invitation à réfléchir sur les conséquences de l’esclavage”, a-t-il dit.

Pour sa part, le  maire de Gorée, Augustin Senghor a souligné que ce genre d’espace va permettre “de ne pas tuer la mémoire”.

AN/ FKS/MTN

Dans la même rubrique
Charger plus dans Culture

Voir aussi...

SENEGAL-ENVIRONNEMENT / Nettoiement : le collectif des concessionnaires en grève illimitée à partir de jeudi (secrétaire général)  

Dakar, 22 juil (APS) – Le collectif des concessionnaires du nettoiement, a décidé d’…