Thiès, 16 nov (APS) – Un collectif dénommé “Samm sunu moomeel” a appelé mercredi à “démocratiser“ la distribution du foncier de la nouvelle ville de Mbour 4, une forêt à la périphérie de Thiès, déclassée sur instruction du chef de l’Etat pour répondre au besoin d’habitat exprimé par des populations.

Le collectif dans lequel sont représentés les marchands ambulants, les vendeurs de poissons, les conducteurs de mototaxis Djakarta, ainsi que les fils de cheminots ex-temporaires et des employés licenciés de la Nouvelle société textile du Sénégal (NSTS),  a fustigé la clef répartition des terrains de Mbour 4.

Saluant la décision de Chef de l’Etat de déclasser quelque 500 hectares pour en faire des parcelles à usage d’habitation, dans le cadre d’une nouvelle ville, le collectif a dénoncé lors d’un point de presse dans un restaurant de la capitale du rail, le mode de distribution qui a laissé en rade des couches de la population qui ont le plus besoin, au profit de personnes riches.

“Aujourd’hui, alors qu’on fait une nouvelle ville de 500 hectares (…) on est désolé après le travail abattu par le chef de l’Etat qui, lors de son séjour à Thiès en février, avait remis lui-même des attestations à des gens qui étaient lésés, de voir que cette dynamique n’a pas été suivie“, a dit Mouhamadou Badji, porte-parole du jour du collectif.

Soutenant que des hommes politiques “distribuent comme des bonbons“ des terrains à Mbour 4,  et que des “millionnaires ou des milliardaires s’accaparent le foncier de Mbour 4“,  pour le revendre, il a relevé que des citoyens thiéssois avaient pourtant déposé des demandes de parcelles  depuis 1997.

“L’Etat est en mesure de savoir qui a besoin de terrain pour construire et qui n’en a pas besoin“, a relevé M. Badji, qui appelle à “démocratiser“ la distribution du foncier de cette nouvelle ville en devenir, où sont prévues beaucoup d’infrastructures et par où devra transiter le TER à partir de l’AIBD.

Il a mis en garde contre toute réplique du contentieux foncier qui avait émaillé l’érection de la zone d’aménagement concerté (ZAC) de Thiès en 2004.

L’Affaire Mbour 4 Extension avait défrayé la chronique quand de nombreux logements considérés comme irréguliers, parce qu’empiétant sur la forêt classée, avaient été démolis par la Direction de la surveillance et du contrôle de l’occupation du sol (DSCOS).

Interpellé par des habitants de ce quartier, le Chef de l’Etat en visite à Thiès, avait décidé de déclasser une partie de la forêt, pour régulariser leur situation.

ADI/ASG

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-ASIE-MEDIAS / L’APS et l’AZERTAC, son homologue d’Azerbaïdjan, signent un accord de partenariat

Susha, 22 juil (APS) – L’Agence de presse sénégalaise (APS) et l’Agence d’informatio…