Dakar, 11 mai (APS) – Les besoins financiers du Sénégal pour l’atteinte de la souveraineté alimentaire sont estimés à près de 5.000 milliards de francs CFA au cours des cinq prochaines années, a déclaré, jeudi, à Dakar, le ministre de l’Agriculture, de l’Equipement rural et de la Souveraineté alimentaire, Aly Ngouille Ndiaye.

« Nous avons estimé qu’il fallait un financement d’environ 5.000 milliards de francs CFA pour les cinq prochaines années », a-t-il dit lors d’une rencontre portant sur le thème : « Construire nos souverainetés ».

M. Ndiaye a annoncé que le Sénégal bénéficie déjà d’un financement de la Banque africaine de développement (BAD) d’un montant « de 1 milliard d’euros, soit près de 653 milliards de francs CFA ».

« Les objectifs chiffrés justifient l’ampleur des défis à relever qui consiste à multiplier par deux la production actuelle d’ici à cinq ans », l’atteinte des objectifs dépendant de « l’ampleur des investissements », a-t-il estimé.

Le ministre de l’Agriculture, de l’Equipement rural et de la Souveraineté alimentaire a révélé que le Sénégal a importé l’équivalent de 1,3 million de tonnes de riz durant ces cinq dernières années.

« Les emblavures, la mécanisation, la transformation et la logistique pour la commercialisation sont autant de défis à relever pour arriver au développement de toutes les spéculations », a avancé Aly Ngouille Ndiaye.

Il affirme que le ministère « continue à sélectionner des projets pour aller à la rencontre de bailleurs potentiels pour la mobilisation des fonds nécessaires à l’atteinte des objectifs de souveraineté alimentaire ».

Selon lui, c’est dans le cadre de ce processus visant l’atteinte de la souveraineté alimentaire que « le président de la République a décidé de subventionner la campagne agricole à hauteur de 100 milliards de francs CFA ».

Ce financement prend en compte la mise à disposition des fertilisants et des semences. Il prend aussi en compte l’introduction de nouvelles variétés, la distribution de matériels agricoles pour « un programme de quatre-vingt-cinq milliards de francs CFA », selon Aly Ngouille Ndiaye.

De son côté, le directeur de l’Université africaine des sciences et technologies (EMIA), Aliou Sall, l’initiateur de cette conférence, a affirmé que son institut « veut apporter sa contribution aux questions aussi problématiques et stratégiques que celles liées à la souveraineté alimentaire ».

CS/SK/MTN/BK

Dans la même rubrique
Charger plus dans economie

Voir aussi...

SÉNÉGAL-FRANCE-VISITE / Amadou Ba et Bruno Le Maire passent en revue la coopération financière entre Paris et Dakar

Paris, 9 déc (APS) – Le Premier ministre sénégalais Amadou Ba et le ministre français de l…