Thiès, 14 juin (APS) – L’usine sénégalo-iranienne de montage de voitures Seniran Auto, basée à Thiès, a obtenu la licence pour fabriquer des taxis de marque iranienne Samand, a-t-on appris du ministre des Infrastructures et des Transports terrestres et aériens, Malick Ndiaye.

“Je suis heureux […] de vous annoncer l’obtention par Seniran, qui est une société sénégalaise, de la licence pour la fabrication de taxis de marque Samand, qui, désormais [seront] produits ici au Sénégal”, a-t-il dit.

Malick Ndiaye était venu réceptionner à Thiès, jeudi, 500 taxis neufs, pour le compte de 20 GIE de taxis agréés à l’aéroport international Blaise Diagne de Diass (AIBD), dans le cadre du programme de renouvellement du parc automobile.

Il s’agit de véhicules hybrides qui peuvent fonctionner au gaz et à l’essence.

Ce dispositif de véhicule à gaz est “ouvert aux particuliers”, une façon d’élargir dans le futur, la coopération avec l’Iran, pour réduire la facture carbone au Sénégal et protéger l’environnement, a relevé le ministre Malick Ndiaye.

Il a, par la même occasion, coupé le ruban de la chaîne de production de voitures de la société Seniran Auto, marquant la relance des activités de l’usine.

Le ministre des Transports s’est engagé à “soutenir la relance des activités de cette usine, en mettant en cohérence les projets de renouvellement du parc avec les objectifs d’industrialisation au Sénégal, dans une perspective d’économie décarbonée”.

D’une capacité de production de 30.000 véhicules par an, Iran Khodro (IKCO), “plus grand constructeur” automobile d’Iran et d’Asie occidentale, selon son PDG Hesham Yekke Zareh, est prêt à partager son expérience avec le Sénégal.

IKCO est la maison mère de Seniran Auto, société sénégalo-iranienne détenue à 40% par le Sénégal, 30% appartenant à l’Etat et 10% au privé national, indique-t-on.

“Cette entreprise peut aider à la création d’emplois et à la réduction de la pollution”, a dit son PDG, assurant que la société IKCO est “prête à régler définitivement le problème du transport terrestre au Sénégal”, si elle est soutenue par les nouvelles autorités sénégalaises.

Selon lui, le constructeur automobile iranien est disposé à produire trois types de produits : des taxis, des minibus et des bus de transport interrégionaux.

La société peut aussi produire des véhicules électriques au Sénégal et à opérer un transfert de technologies, pour faire du pays le premier producteur de véhicules en Afrique de l’Ouest.

Selon Malick Ndiaye, les deux parties ont signé des mémorandums d’entente pour l’installation d’un “grand parc industriel” au Sénégal, avec l’ambition de “produire tout type de véhicule, que ce soit des tracteurs, des motos, des taxis comme des bus”.

Lors de cette cérémonie à la quelle participait le secrétaire d’Etat aux PME/PMI, Ibrahima Thiam représentant le ministre de l’Industrie et du Commerce, un nouveau prototype de bus a été présenté à Malick Ndiaye.

L’ambassadeur d’Iran au Sénégal, Hassan Asgari, s’est réjoui de ce “nouveau pas” franchi dans la coopération de “plus d’un siècle” entre Dakar et Téhéran, qui reste une puissance industrielle, malgré “les sanctions occidentales”.

Le maire de Thiès, Babacar Diop, s’est félicité de voir sa municipalité devenir “la capitale de l’automobile” au Sénégal, en plus de son statut de capitale du rail qu’il assume depuis le 19-ème siècle.

Il en a profité pour inviter, dans son mot de bienvenue, les nouvelles autorités à “anticiper” pour épargner à Thiès, deuxième ville du pays, les problèmes de mobilité que connaît Dakar.

Inaugurée en décembre 2008, par l’ancien président sénégalais Abdoulaye Wade, l’usine de montage de voitures Seniran Auto était à l’arrêt depuis une dizaine d’années, après avoir produit un premier gros lot de 1.000 véhicules donnés à crédit à des opérateurs.

ADI/BK/SMD

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-SANTE-FORMATION / UGB : remise de diplômes à la 7e promotion de médecine

Saint-Louis, 13 juil (APS) – L’Université Gaston Berger (UGB) a abrité, samedi, une …