Dakar, 17 avr (APS) – Avec une élégance dans le port vestimentaire comme dans le verbe, Sayda Fatou Bintou Diop, a réussi le pari de se faire une place dans le cercle très masculin des animateurs religieux, renversant ainsi les représentations misogynes à travers l’exemplarité de son comportement et son érudition.

Néé à Tivaouane, une cité religieuse de la région de Thiès (ouest), Sayda Fatou Bintou Diop, qui préfère garder le mystère sur sa date de naissance, est une enseignante de langue arabe à la retraite. Une vie de retraitée d’ailleurs qu’elle occupe aujourd’hui par des causeries religieuses à la télévision, à l’animation de conférences et le convoiement de pèlerins à La Mecque.

Trouvée confortablement assise dans son studio d’émission à la Télé Futurs Médias (privée), bien à l’aise dans un boubou en brodé aux couleurs rose et jaune, la tête bien voilée, la mère de famille de deux enfants, un garçon et fille, affirme avoir très tôt mémorisé le saint Coran.

‘’J’ai connu la popularité bien avant l’âge de 10 ans. Pour avoir mémorisé le Coran et avoir eu la capacité de le réciter limpidement’’, s’est remémorée la native de Tivaouane, une ville connue pour sa place de choix dans l’enseignement arabo-islamique et abritant l’une des branches les plus représentatives de la confrérie des Tidianes au Sénégal.

Elle dit s’être bien préparée à cet exercice de communication des savoirs à travers les causeries qu’elle animait déjà lors de sa scolarité, lorsque les enseignants les initiaient à la prise de parole en public avec des causeries (da’wa) dans les lieux de grandes rencontres et des prestations organisées les vendredis soir.

‘’A l’époque, nous avions un daara chez nous à la maison et à la fin de chaque année on faisait une démonstration. Personnellement, je faisais tout pour maîtriser mon discours avant la célébration pour ne pas faire d’erreurs’’, s’est souvenue la prêcheuse.

‘’Un jour, j’ai été retenue pour participer à une conférence. J’avais 6 à 7 ans et c’était la première fois que je faisais un discours sur Cheikh Ahmadou Bamba sous une tente bien décorée. On m’avait offert beaucoup d’argent que j’ai bien gardé dans le voile qui était sur ma tête’’, dit-elle dans un large sourire.

Son histoire n’est pas le fruit d’un hasard. Après l’obtention du certificat d’études arabes, elle décroche juste un an après, le Bfem (Brevet de fin d’études moyennes) en raison de ses performances scolaires. C’était en 1977. Après l’obtention du baccalauréat arabe, en 1980, elle est recrutée comme enseignante à l’école Al Azhar de Thiès.

L’ex animatrice de la RTS (télévision publique) n’a jamais nourri un complexe d’infériorité envers les hommes et tient rigueur envers eux.

‘’Je ne crois pas en ces choses. L’essentiel pour moi est de s’instruire, de se retrousser les manches, de croire en soi et de poser les germes de sa réussite. Je ne me sens pas inférieure à l’homme’’ souligne-t-elle.

La conférencière s’est très tôt donnée les moyens de ne pas dépendre d’un homme. Déjà à 17 ans, dit-elle ‘’j’avais une certaine autonomie financière grâce aux cours d’arabe que je dispensais.’’

Mais l’ascension n’a pas été facile pour ce membre fondateur du mouvement des Moustarchidines, très proche du marabout et leader politique Serigne Moustapha Sy.

Disposant d’une solide formation, l’animatrice religieuse à la TFM est une femme passionnée qui a eu à convoyer des centaines de pèlerins à la Mecque par l’entremise de son agence de voyage.

‘’J’ai accompli le pèlerinage à La Mecque plusieurs fois. La Mecque, c’est comme ma maison, j’ai pris le soin de connaître tous les endroits symboliques de ce lieu sacré. Je n’envie aucun homme sur ce plan. Je peux vous conter toute l’histoire de La Mecque et vous orienter vers les coins les plus reculés de cette contrée’’, dit-t-elle.

Elle annonce avoir comme projet la construction d’un complexe scolaire qui fera office d’école franco-arabe dont elle a entamé les travaux.

Sayda Fatou Bintou Diop a eu à livrer des batailles épiques dans la vie. Toutefois elle est parvenue à briller au soleil grâce à une foi vive et une abnégation sans faille.

 

BSF/SMD/SBS/OID/AKS

Dans la même rubrique
Charger plus dans LA UNE

Voir aussi...

SENEGAL-HYDRAULIQUE-SOCIAL / Adduction d’eau potable : 50 branchements sociaux pour des ménages pauvres de Louga  

Louga, 20 juil (APS) – Le président du collectif des Lougatois pour l’entre-ai…