Dakar,20 juin (APS) – Un cabinet de consultance dénommé ”Peace Consult” a été porté sur les fonts baptismaux, jeudi à Dakar, avec l’ambition d’apporter aux États africains, dont celui du Sénégal, un accompagnement leur permettant de mieux appréhender les questions de sécurité, de bonne gouvernance et de développement, .

Le cabinet dirigé par Abdou Lat Guèye s’engage à accompagner les autorités sénégalaises dans la mise en œuvre de leurs politiques de développement, en leur apportant les outils scientifiques nécessaires au diagnostic des problèmes.

L’expertise que veut apporter le cabinet Peace Consult porte sur des questions relatives à la sécurité, la paix, à la gouvernance et au développement, selon son promoteur.

“C’est un cabinet qui va essayer d’accompagner l’État, les partenaires, les communautés pour [les aider à] faire face aux diverses menaces sur la région ouest africaine”, a déclaré M. Guèye lors de la cérémonie de lancement de la nouvelle structure de consultance.

“Aujourd’hui, nous vivons une situation qui n’est plus ordinaire avec la dislocation de la Cédéao mais aussi avec des terroristes qui, de plus en plus, sont en train de s’approcher” des frontières du Sénégal, a indiqué l’ancien directeur du système d’alerte précoce et de réponse de la Cédéao.

Connu sous le sigle ECOWARN (ECOWAS Early Warning and Response Network), le système d’alerte précoce de la Cédéao est un outil d’observation et de suivi dans le cadre de la prévention des conflits et de l’aide à la décision.

Abdou Lat Guèye a aussi évoqué les autres formes de menaces à la sécurité des pays africains, notamment les violences en période électorale, ainsi que les questions de gouvernance.

“Il y a aussi les problèmes de santé, les problèmes environnementaux, les problèmes liés à la migration, au foncier et pour tout cela, l’État n’est pas habileté à seul faire face à toutes ces questions”, a déclaré le directeur général du cabinet Peace Consult, qui sera basé à Dakar.

Pour accompagner les États africains dans la prise en charge de toutes ces questions, les experts de Peace Consult comptent s’appuyer sur les données jugées les plus pertinentes pour faire des recommandations devant permettre leur bonne prise en charge.

“Nous avons un certain nombre d’experts dans ce pays, des spécialistes et des partenaires qui veulent accompagner le développement, mais ils n’ont pas la base de ce dont ils ont besoin pour faire le travail correctement”, a assuré Abdou Lat Guèye.

Le cabinet Peace Consult compte mettre en place des projets qui devraient aider à améliorer la vie quotidienne au Sénégal et dans les autres pays de la sous-région.

Ce cabinet de consultance va aussi porter un intérêt particulier sur les questions de paix et de sécurité, de gouvernance et de développement, a souligné Oumar Ndongo, enseignant à l’université Cheikh Anta Diop (UCAD) de Dakar.

“Mettre en place un outil de cette nature servira d’espace pour les cadres africains” qui, par ce biais, auront la possibilité de “proposer des solutions africaines aux problèmes africains, non sans prendre en compte les réalités géopolitiques des dynamiques du monde contemporain”, a souligné l’enseignant, membre de Peace Consult.

Il recommande d’aller vers des solutions globales pour lutter contre les menaces devenues multiformes, ajoutant que les universitaires et les experts doivent travailler aux côtés de l’État pour le “solidifier” et “faire bouger les lignes”.

Penda Mbow, professeur d’histoire à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar, a salué cette initiative qui va, dit-elle, permettre à Abdou Lat Guèye de mettre son expérience et son expertise au service des États de la communauté ouest-africaine.

La spécialiste en histoire médiévale et occidentale considère que l’absence de réflexion stratégique est l’un des points faibles des pays africains.

“Quand nous cherchons à réfléchir sur le quotidien, d’autres réfléchissent sur notre avenir à nous et […] continuent à être au-dessus”, a-t-elle soutenu.

L’ambassadeur Stéphan Sylvain Sambou, coordonnateur bureau national de la Cédéao au Sénégal, et l’ancien ambassadeur Seydou Nourou Ba, ont pris part à la cérémonie de lancement, de même que l’ancienne ministre Ndioro Ndiaye.

Cambel Dieng du Centre des hautes études de défense et de sécurité (CHEDS) y était également présent, tout comme le colonel à la retraite Idrissa Tamba, administrateur général de l’Institut Panafricain de stratégies (IPS) de l’ancien ministre des Affaires étrangères Cheikh Tidiane Gadio.

Il y avait aussi Diago Diagne Ndiaye, présidente régionale du Réseau paix et sécurité pour les femmes de l’espace Cédéao (REPSFECO), la journaliste Adrienne Diop, ancienne directrice de la communication à la Cédéao, et Pathé Guèye, ancien commissaire infrastructures de la même organisation.

FD/BK/ADL

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-SANTE-FORMATION / UGB : remise de diplômes à la 7e promotion de médecine

Saint-Louis, 13 juil (APS) – L’Université Gaston Berger (UGB) a abrité, samedi, une …