Dakar, 21 juin (APS) – Au moins, onze membres de partis politiques opposés à la prolongation de la transition militaire au Mali ont été arrêtés jeudi à Bamako, a-t-on appris de source médiatique.

Il s’agit notamment de cadres de l’opposition qui ont été arrêtés alors qu’ils participaient à une réunion d’une plateforme dite de ‘’la déclaration commune du 31 mars’’ regroupant des formations politiques opposées à la prolongation de la transition qui devait s’achever il y a trois mois, indique le site d’information de Radio France internationale.

Parmi les personnes mises aux arrêts figurent Mohamed Ali Bathily du M5 Mali Kura, Yaya Sangaré de l’Adema, ou encore Moustapha Dicko de l’Adema également, au domicile duquel se tenait la réunion, rapporte RFI.

Elle signale en la présence parmi les opposants arrêtés des membres du Rassemblement pour le Mali (RPM) de l’ancien président Ibrahim Boubacar Keïta, ou encore le Parti pour le développement économique et la solidarité, de l’ex-président Amadou Toumani Touré.

En avril, les autorités militaires de la transition avaient annoncé l’interdiction de la tenue de toute activité relative à la politique dans le pays.

Selon le site d’information de RFI, les cadres de l’opposition travaillaient au moment de leur arrestation sur un projet de règlement intérieur de leur plateforme et l’élaboration d’un plan d’action.

AKS/ASB

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-SANTE / Lutte contre les maladies non transmissibles : un officiel souligne l’urgence d’avoir des données sanitaires fiables

Dakar, 24 juil (APS) – Le Secrétaire général du ministère de la santé et de l’action…