Dakar, 23 juin (APS) – Samira Djouadi, candidate d’Ensemble pour la République, la mouvance présidentielle française aux élections législatives dans la 9e circonscription couvrant les pays du Maghreb et de l’Afrique de l’Ouest, s’est engagée, samedi, à Dakar, à porter la voix et à défendre les intérêts des Français de l’étranger, si elle sortait victorieuse du scrutin dont le premier tour est prévu le 30 juin.

‘’Je veux être la candidate qui les représente, qui est là pour les rassurer et pour porter très haut et très fort leurs voix au sein de cet hémicycle pour voter les lois, ce qu’on voit très rarement dans cette institution’’, a-t-elle déclaré lors d’un point de presse.

La candidate du pouvoir et sa suppléante, Léa Diani, sont en déplacement de deux jours au Sénégal dans le cadre de la campagne électorale pour échanger avec les électeurs français résidant à Dakar, Saint-Louis et Saly Portudal.

Le Sénégal compte 17 000 électeurs qui vont voter au lycée Jean Mermoz (Dakar) pour ces élections anticipées, prévues le 30 juin pour le premier tour, et le 7 juillet pour le second tour.

Samira Djouadi veut permettre aux Français de l’étranger de bien vivre dans ces pays qui les accueillent, aussi bien pour leur installation que leur retour en France.

Elle dit s’être présentée à ces élections pour barrer la route à la montée des extrêmes.

La candidate d’Ensemble pour la République fait savoir que l’idée de se présenter à ces joutes électorales françaises est partie de l’électrochoc provoqué par les résultats des dernières élections européennes, remportées en France, par le Rassemblement national (RN), un parti d’extrême droite.

‘’Cela m’a poussée à m’engager pour porter les voix de toutes les personnes qui sont engagées sur le terrain pour que notre société soit belle et bonne’’, a-t-elle avancé.

S’agissant des thèmes prioritairement intéressants pour les Français de l’étranger, la candidate a évoqué l’éducation. Elle estime que les citoyens français sont unanimes à penser que l’éducation doit être égalitaire.

‘’ Les problèmes sont relatifs aux frais de scolarité qui deviennent de plus en plus onéreux d’où la nécessité de réfléchir à la manière de les plafonner’’, a-t-elle indiqué.

La candidate du mouvement Ensemble pour la République a également parlé de la question des bourses à laquelle il faut trouver une solution afin de permettre aux enfants des Français de l’étranger d’aller tranquillement à l’école française’’.

Samira Djouadi, unique candidate de la mouvance présidentielle, promet de proposer un audit complet pour résoudre de manière pragmatique cette préoccupation des Français de l’étranger (FDE).

‘’Il y a la caisse spéciale maladie pour les FDE des différentes circonscriptions. Cette caisse déficitaire, coûte très chère. Il va falloir réfléchir à un audit de manière à trouver un équilibre. Surtout concernant le rapatriement des dépouilles. Il faut rassurer les Français’’, a-t-elle martelé.

Se présentant comme ‘’une députée humaine’’, la Franco-marocaine compte s’appuyer sur son réseau construit depuis 40 ans ‘’pour ne pas laisser la place aux extrêmes’’.

Il faut voter massif parce que ‘’l’heure est grave parce qu’on risque d’être dirigés par des gens qui font de la démagogie et qui veulent juste exister’’, considère la membre du Conseil économique, social et environnemental français.

Elle a, à cet égard, rappeler aux électeurs la possibilité de voter en ligne, du 25 au 27 juin pour le premier tour, et les 3 et 4 juillet pour le second.

La 9ème circonscription compte 16 pays de l’Afrique de l’ouest et du Maghreb (Algérie, Maroc, Libye, Tunisie, Burkina Faso, Mali, Niger, Mauritanie, Cap-Vert, Gambie, Guinée, Guinée-Bissau, Sénégal, Sierra Leone, Côte d’Ivoire, Liberia).

FD/AKS

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-SANTE-FORMATION / UGB : remise de diplômes à la 7e promotion de médecine

Saint-Louis, 13 juil (APS) – L’Université Gaston Berger (UGB) a abrité, samedi, une …