Dakar, 26 juin (APS) – Le procureur de la Cour pénale internationale, Karim Ahmad Khan, a salué, la condamnation pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité du militant islamiste malien Al Hassan Ag Abdoul Aziz Ag Mohamed Ag Mahmoud, estimant que le verdict marque une étape significative dans l’objectif de faire comparaître les responsables d’atrocité commises à Tombouctou.

‘’Je salue la condamnation prononcée aujourd’hui à l’encontre de M. Al Hassan Ag Abdoul Aziz Ag Mohamed Ag Mahmoud, un responsable de la police d’Ansar Eddine et d’Al-Qaïda au Maghreb islamique, pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité commis à Tombouctou, au Mali, alors que la ville était sous le contrôle de ces groupes armés entre avril 2012 et janvier 2013’’, a réagi le procureur de la CPI.

Karim Ahmad Khan fait valoir, dans une déclaration rendue publique après le prononcé du verdict, que les juges de la CPI ont, sur la base d’éléments de preuve présentés par son Bureau, acquis la conviction que la culpabilité pénale avait été établie au-delà de tout doute raisonnable.

‘’La condamnation de M. Al Hassan marque une étape significative qui nous rapproche de notre objectif visant à amener les principaux responsables des atrocités commises contre la population civile à Tombouctou et dans la région à rendre des comptes’’, a commenté le procureur de la CPI.

Il n’a pas manqué d’insister sur le fait que cette affaire revêtait une importance particulière pour la Cour et pour son Bureau.

‘’C’est la première fois qu’un accusé est poursuivi et condamné pour persécution religieuse et pour avoir prononcé des peines en dehors de toute procédure régulière’’, a-t-il fait remarquer.

Le militant islamiste malien, âgé de 46 ans, a été reconnu coupable de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité, mercredi, par la Cour pénale internationale (CPI).

Présenté comme le commissaire de la police islamique du groupe Ansar Din, il a été condamné pour des actes de torture et d’atteinte à la dignité de la personne commis en 2012 et 2013 à Tombouctou, dans le centre du Mali.

La chambre de première instance de la CPI n’a pas encore indiqué la durée de la peine requise contre Al Hassan.

L’homme est présenté également comme un associé du tribunal islamique que des groupes se réclamant de la mouvance islamiste avaient institué à Tombouctou.

Le bureau du procureur de la CPI avait évoqué, à son sujet, des actes de torture, de viol, d’esclavage sexuel, etc.

Cinquante-deux témoins présentés par le procureur et 22 autres par la défense ont comparu à l’audience ouverte les 14 et 15 juillet 2023 pour le jugement du militant islamiste.

AKS/ASB

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-AFRIQUE-ECONOMIE / Diamniadio : ouverture d’un colloque sur la contribution de la recherche scientifique dans le financement des économies de l’UEMOA

Diamniadio, 17 juil (APS) – Un colloque sur l’apport de la recherche scientifique dans le …