Dakar, 27 juin (APS) – Le chef cuisinier sénégalais établi aux Etats-Unis, Pierre Thiam, a plaidé jeudi, à Dakar, pour une diversification des régimes alimentaires africains en intégrant d’autres produits tels que le fonio, les feuilles de baobab, le pois bambara, le moringa.

”Nous devons diversifier nos régimes alimentaires en intégrant d’autres produits africains tels que le fonio, les feuilles de baobab, le pois bambara, le moringa et beaucoup d’autres. Nous devons changer le design alimentaire [la façon de consommer ou la façon de partager nos repas] de façon durable”, a-t-il déclaré tout en vantant les vertus laxatives de ces produits.

M. Thiam s’exprimait en marge de l’ouverture de la 7ème édition de l’”Africa days” (journées de la gastronomie africaine), une initiative de l’ONG Sos Sahel. ”Le futur de la sécurité alimentaire et de la préservation de la biodiversité”, est le thème de cette année.

Il est revenu sur l’importance d’intégrer les produits africains ”oubliés” dans l’alimentation pour un changement de ”design alimentaire”.

Le chef cuisinier estime qu’en opérant un changement durable du système alimentaire, ”nous allons booster l’activité agricole des paysans qui produisent ces produits utilisés”

Il ajoute que le système agricole actuel, principalement basé sur le riz, le blé et le maïs, est l’un des facteurs majeurs du changement climatique.

Selon lui, les principaux produits cultivés sur le continent africain n’ont pas été hérités des ancêtres, mais ont plutôt été imposés par les colons. Il a cité en guise d’exemples l’arachide au Sénégal, le cacao en Côte-d’Ivoire, le thé au Kenya, etc.

”On a fait la promotion du fonio aux Etats-Unis, cela a été une réussite parce que la demande ne cesse d’augmenter et pour que ce produit ne nous échappe pas, la production doit être soutenue. Nous devons aussi investir sur la transformation pour créer un modèle économique autour de cette céréale locale”,  a suggéré Pierre Thiam.

L’’’Africa days’’ est aussi une occasion pour les entreprises et vendeurs proposants des produits locaux de faire connaître leurs marchandises, notamment, par des expositions et des séances de dégustation.

Des groupements de transformatrices ont proposé leurs productions allant des conserves de fruits, des fruits forestiers, de nourritures pour bébés, etc.

L’’’Africa days’’ prend fin ce vendredi, selon les organisateurs.

MYK/FKS/ASB/OID

Dans la même rubrique
Charger plus dans Culture

Voir aussi...

SENEGAL-HABITAT / Département de Mbacké : seuls 35 % des constructions font l’objet d’une demande d’autorisation

Mbacké, 16 juil (APS) – Seuls 35 % des constructions du département de Mbacké (centre) fon…