Kaolack, 16 nov (APS) – La Maison de la jeunesse et de la citoyenneté (MJC) est, à la fois, ‘’un creuset de développement de talents’’ et ‘’un espace convivial’’ où les jeunes pourront ‘’trouver tous les commodités et services de proximité nécessaires au développement de leur conscience citoyenne’, a déclaré le président de la République, Macky Sall.

‘’Cette Maison se veut à la fois un creuset de développement de talents et un espace convivial où les jeunes pourront trouver toutes les commodités et services de proximité nécessaires au développement de leur conscience citoyenne et leur esprit entrepreneurial, ainsi qu’au renforcement de leurs compétences professionnelles et de leur bien-être’’, a notamment dit M. Sall.

Il a fait cette déclaration mercredi, en inaugurant la MJC de Kaolack (centre), construite au quartier Koundam, pour un coût total d’un milliard de francs CFA.

‘’Avec ce majestueux bâtiment de dernière génération, les jeunes du département de Kaolack disposent désormais d’un cadre privilégié d’épanouissement intégral, à la hauteur de leurs attentes et de leurs aspirations légitimes, et ce sera bientôt le cas dans l’ensemble des 46 départements que compte le pays’’, a promis le chef de l’Etat.

Il a indiqué que la MJC offre à ses usagers la possibilité de ‘’s’ouvrir aux apports positifs de l’extérieur et de s’adonner à des activités saines’’, notamment des rencontres, des discussions et des séances de formation ‘’conformes à nos valeurs de culture et de civilisation’’.

‘’Cette Maison de la jeunesse et de la citoyenneté est la vôtre. C’est un bijou précieux qui vous est offert en tant que force vitale et espoir de vos communes respectives, de votre Département, de votre Région et de votre pays, le Sénégal’’, a lancé Macky Sall à l’endroit des jeunes du département de Kaolack.

Il dit avoir tenu à présider personnellement cette cérémonie d’inauguration de la MJC de Kaolack pour marquer une fois de plus la ‘’priorité élevée’’ qu’il accorde à la jeunesse, ‘’force vibrante pour l’émergence du pays’’.

‘’Il y a près de 54 ans, dix après notre indépendance, que voyait le jour le mythique Centre régional d’éducation populaire et sportive (CREPS) de Diourbel, ancêtre des Centres d’éducation populaire et sportive (CDEPS), qui avaient été mis en place, avec pour vocation de mettre à la disposition de la population une gamme variée d’activités socio-éducatives, culturelles et économiques autogérées’’, a-t-il rappelé.

Il a déploré le fait que, ‘’malheureusement, les CEDEPS sont plongés dans une léthargie depuis plusieurs décennies’’. Cette situation est due, entre autres, à ‘’l’insuffisance des moyens de fonctionnement’’, au ‘’déficit en ressources humaines’’, à ‘’l’inadaptation des locaux par rapport aux missions’’ et à ‘’l’application biaisée du modèle de gouvernance initialement adopté’’.

‘’Il devenait, alors, urgent de redresser cette situation pour relever les défis et contribuer à catalyser et éclore le potentiel que représente notre jeunesse ; une jeunesse intensément connectée et débordante d’énergie, de créativité et d’ambitions’’, a martelé le chef de l’Etat.

Il estime que ‘’la jeunesse incarne une force sur laquelle notre pays doit s’appuyer pour mener à bien sa marche résolue vers l’émergence et la prospérité durable et partagée’’.

Il en veut pour preuve ‘’son poids démographique confirmé par le dernier recensement indiquant que la moitié de la population est âgée de moins de 19 ans et les enfants âgés de moins de 15 ans, constituant 39,2% de la population globale), sa vitalité, sa capacité de résilience et sa générosité dans l’effort’’.

‘’C’est pourquoi j’ai pris l’option, en 2019, au moment de l’élaboration du Plan d’actions prioritaires (PAP II) du Plan Sénégal émergent (PSE), d’accroître massivement les investissements destinés à la jeunesse pour une meilleure prise en charge de ses besoins et aspirations ; car investir dans la jeunesse, c’est investir pour l’avenir’’, a fait valoir le président Sall.

Il considère que c’est aussi le ‘’meilleur moyen’’ de tirer le maximum de profits du dividende démographique. ‘’C’est dans ce cadre que nous avons conçu le projet de construction et d’équipement de MJC dans les départements du pays’’.

Elle est selon lui ‘’une infrastructure qui a été soigneusement pensée pour servir de cadre de formation civique et patriotique, ouvert à l’essor de la communication intergénérationnelle et où les jeunes peuvent interagir entre eux, mais aussi avec les moins jeunes et les seniors dont ils ont besoin de profiter de l’expérience’’.

‘’Elle a aussi pour objectif de promouvoir la gouvernance participative et de raffermir l’engagement citoyen des jeunes et leur attachement aux valeurs de la République’’, a-t-il encore fait valoir, ajoutant que, dans sa conception, la MJC incarne un changement de paradigme.

Elle ambitionne de contribuer à l’émergence d’une ‘’citoyenneté active et positive’’, éloignant du ‘’spectre de l’émigration clandestine, des actes d’incivilité et de certains comportements malveillants’’.

ADE/ASG

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-DEVELOPPEMENT-JEUNESSE / Développement de Matam : des jeunes exposent leurs attentes et recommandations

Matam, 20 juil (APS) – Des jeunes de Matam ont exposé, samedi, leurs attentes, ambit…