Dakar, 9 nov (APS) – Des membres de la Fédération sénégalaise des associations de personnes handicapées ont pris part jeudi à un atelier de formation sur la participation politique, le contrôle citoyen et la redevabilité, dans l’optique de mieux s’impliquer dans la prise de décisions au niveau des collectivités territoriales.

Il s’agit d’une session de renforcement de capacités de membres de la Fédération sur les procédures politiques de contrôle citoyen et des règles sur les procédures administratives. L’idée est de les amener à ‘’peser de tous leur poids sur les budgets consacrés à la prise en charge sociale, notamment l’éducation et la santé’’.

C’est la première étape de la mise en œuvre du plan d’action de l’Union des associations d’élus locaux, qui le lie à l’ONG Sightsavers.

Cette ONG travaille sur l’inclusion des personnes en situation de handicap, notamment en direction des femmes et des enfants, a expliqué le directeur de la cellule d’appui des élus locaux (CAEL), Mamadou Diouf.

L’idée est de leur permettre d’avoir toutes les compétences nécessaires, pour représenter les personnes handicapées de manière significative dans les systèmes et processus de gouvernance aux niveau local et national, a-t-il souligné.

Ainsi, l’acquisition de connaissances tirées de cette formation, ‘’les processus de gouvernance et de développement locaux, les plans et les budgets sont plus inclusifs et accessibles aux personnes handicapées, de manière à pouvoir être transposés à l’échelle nationale’’, a indique la chargée de programme de Sightsavers, Khady Bâ.

‘’Le système de décentralisation est renforcé de sorte que l’inclusion des personnes handicapées soit de plus en plus intégrée dans les politiques publiques, les décrets et les pratiques de développement local’’, a-t-elle souligné.

Pour Ismael Mbengue, adjoint au maire de Louga, inspecteur de l’éducation et de la formation, la redevabilité et le contrôle citoyen permettent aux élus locaux de rendre compte de leur gestion, de créer un climat de confiance entre élus et populations’’.

‘’Ce contrôle favorise également la transparence et crédibilise l’institution et les élus dans la répartition du budget, surtout en faveur des populations’’, a-t-il souligné.

Ce budget doit en effet être inclusif et davantage porter sur les besoins des populations en matière d’éducation et de santé, a dit l’adjoint au maire.

Le président de la Fédération nationale des personnes handicapées, Moussa Thiaré, souligne qu’il est nécessaire que les membres de la fédération présents dans les conseils municipaux soient outillés, pour une meilleure participation aux prises de décisions. Il s’agit de permettre aux personnes en situation de handicap de jouer pleinement leur rôle dans la planification au niveau des collectivités locales, en particulier en faveur de l’éducation inclusive et de la prise en charge sanitaire, a souligné Moussa Thiaré.

L’adjointe au maire de Saint-Louis, Aida Mbaye Dieng, a donné l’exemple des initiatives prises au niveau du conseil municipal de cette ville pour accompagner les élèves en situation de handicap, à travers des soutiens scolaires et les classes de remédiation.

L’idée consiste aussi à ‘’travailler pour l’établissement de structures dédiées à l’éducation des enfants à besoins spéciaux’’, a-t-elle souligné. La présence de membres de la FSAPH dans le conseil municipal a ‘’beaucoup facilité la prise en charge de leurs préoccupations’’, a dit Aida Mbaye Dieng.

Une vingtaine de membres de l’UAEL et de la FSAPH, venus des départements de Dakar, Pikine, Saint-Louis, Louga, Thiès, Yeumbeul, Fatick, Guinguinéo, prennent part à cette formation de deux jours.

ADL/ASG

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-MONDE-SPORTS / ”L’Afrique accueille, Dakar célèbre”, slogan des JOJ Dakar 2026

Dakar, 23 juil (APS) – Le Comité d’organisation des Jeux Olympiques de la Jeun…