Kaolack, 30 oct (APS) – La région de Kaolack (centre), longtemps considérée comme “le bassin arachidier” du Sénégal, se positionne pour devenir “un véritable bassin agricole”, à la faveur d’une plus grande diversification des cultures, a indiqué le directeur régional de développement rural (DRDR), Samba Ndao Tall.

“La région de Kaolack, jadis bassin arachidier, se positionne aujourd’hui comme un véritable bassin agricole. Cela est devenu même une réalité grâce à la diversification agricole. Ces dernières années, le ministère de l’Agriculture, de l’Equipement rural et de la Souveraineté alimentaire a travaillé pour encourager tout ce qui est diversification agricole”, a-t-il déclaré dans un entretien avec l’APS.

Selon M. Tall, le ministère de tutelle met l’accent aussi bien sur l’agriculture pluviale que sur les cultures de contre-saison, avec des programmes spéciaux dont celui portant sur l’autosuffisance en riz, qui a permis, dit-il, l’élargissement de la production de riz au Sénégal.

La région de Kaolack apporte une contribution “importante” pour ce programme, tout comme pour le programme manioc, qui vient renforcer les cultures de rente, a relevé M. Tall, évoquant les programmes sésame, maïs, entre autres.

“Toutes ces spéculations viennent contribuer à la diversification agricole et renforce le positionnement de Kaolack comme bassin agricole. En plus de cela, des programmes du ministère de l’Agriculture, de l’Equipement rural et de la Souveraineté alimentaire sont en train d’être mis en œuvre pour l’installation de fermes agricoles communautaires comme individuels”, a indiqué le directeur régional du développement rural.

Il note que ces fermes viennent renforcer l’agriculture de contre-saison particulièrement le maraichage, “avec un important travail qui est en train d’être fait”. Ce qui conduit selon lui de jeunes fermiers à s’intéresser au maraichère, à l’élevage, à la pisciculture et à bien d’autres activités agricoles.

“Ainsi, Kaolack va continuer à contribuer, de manière significative, à l’atteinte des objectifs de souveraineté alimentaire. Mais pour y arriver, il y a lieu de renforcer l’agriculture de contre-saison, parce que l’agriculture sous pluies, à elle seule, qui dure trois mois, ne peut pas nous permettre d’y arriver. Il faudra travailler à renforcer l’agriculture de contre-saison pour pouvoir travailler neuf mois sur douze”, a insisté Samba Ndao Tall.

Pour que tous ces objectifs puissent être atteints, indique-t-il, l’Etat du Sénégal a fini d’élaborer un programme de modernisation de l’équipement rural avec la mise en place du matériel agricole motorisé et à traction animale.

Il s’agit d’une stratégie de mécanisation visant “la modernisation et l’intensification raisonnées” de l’agriculture pour une amélioration de la productivité, une augmentation des productions et leur valorisation par le biais notamment programme Intermaq, portant sur le transfert de technologies par l’acquisition de matériels et d’entrepôts agricoles.

Le programme Intermaq a pris le relais du programme maïs alimentos.

Intermaq “a alloué un quota de 80 tracteurs à la région de Kaolack. Nous sommes en train de les réceptionner et les commissions départementales de sélection des bénéficiaires ont fini de faire le travail nécessaire”, a signalé assuré Samba Ndao Tall, selon qui “tous les bénéficiaires” ont été déjà sélectionnés et les listes d’attente préparées.

“Ces bénéficiaires commenceront à recevoir leur matériel quand tous les tracteurs et les outils qui vont avec et qui sont destinés à la région seront réceptionnés. Pour le moment, on n’a reçu que 15 tracteurs, sur un total de 80 unités”, a expliqué le responsable de la DRDR de Kaolack.

ADE/BK/OID

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-MONDE-SPORTS / ”L’Afrique accueille, Dakar célèbre”, slogan des JOJ Dakar 2026

Dakar, 23 juil (APS) – Le Comité d’organisation des Jeux Olympiques de la Jeun…