Dakar, 14 juin (APS) – Le Projet de gestion des ressources naturelles au Sénégal (SENRM) va appuyer, dans son volet environnement, l’aménagement de 13 forêts situées dans les régions de Kaffrine, Kédougou, Kolda, Sédhiou et Tambacounda, a-t-on appris vendredi, de source officielle.

‘’Ce projet dans son volet environnement va appuyer l’aménagement de 13 forêts des régions de Kaffrine, Kédougou, Kolda, Sédhiou et Tambacounda’’, a indiqué le ministre de l’Environnement et de la Transition écologique, Daouda Ngom.

Il s’entretenait avec des journalistes en marge de la cérémonie officielle d’installation du comité de pilotage du projet SENRM, co-présidée avec son collègue du ministère des Pêches, des Infrastructures maritimes et portuaires, Fatou Diouf.   

‘’SENRM, a-t-il poursuivi, va appuyer le service des eaux et forêts et mener également des études sur le trafic transfrontalier de bois, le long des frontières sud et est du pays’’.

Il a estimé que ce projet est à la limite ‘’une bouffée d’oxygène’’ dans le cadre de la lutte contre le trafic illicite de bois et  de la déforestation, dans les zones sud et est du pays.

”Le trafic illicite de bois est une priorité absolue pour le gouvernement”, a rappelé M. Ngom.

La coordonnatrice du volet environnement de l’unité de gestion du projet SENRM, Ndèye Coura Mbaye Diop, a indiqué de son côté, que ”ce projet, en plus d’aménager 13 forêts, va procéder à la mise à jour des plans d’aménagement de 44 forêts, dans sa zone d’intervention”.

Outre la gestion des forêts et des écosystèmes, SENRM va mettre en place de nouvelles stations de mesure de la qualité de l’air à Dakar et renforcer les stations de contrôle, a-t-elle indiqué, annonçant ”l’élaboration d’un important programme d’activités génératrices de revenus  pour les communautés locales”.

”Le but d’une telle initiative, selon elle, est de réduire la pression des communautés sur les forêts”.

Elle a indiqué qu’il y  a, à cet effet, ”60 projets générateurs de revenus autour des forêts concernées et du Parc Niokolo Koba où le projet va aider aussi à mieux assurer la surveillance’’.

Le Projet de gestion des ressources naturelles au Sénégal (SENRM) est financé par la Banque mondiale à hauteur de 100 millions de dollars (61.450.000.000 FCFA), pour une durée de six ans (2022 à 2028).

Il est mis en œuvre  par le ministère de l’Environnement et  de la Transition écologique et celui des Pêches, des Infrastructures maritimes et portuaires, dans les régions de Kaffrine, Kédougou, Kolda, Sédhiou et Tambacounda, pour le volet Environnement

Dans les régions de Dakar, Fatick Saint-Louis, Thiès et Ziguinchor, ainsi que Kédougou, Kolda et Sédhiou, le projet cible le volet pêche.

L’objectif du gouvernement, à travers ce projet est d’améliorer, d’ici 2028, la gestion des ressources halieutiques et forestières ainsi que l’accès à des opportunités économiques dans les zones cibles qui recouvrent la quasi-totalité du territoire national.

AB/OID/ASB

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-RELIGION-COMMÉMORATION / Touba au rythme des célébrations du centenaire du retour d’exil de Cheikh Ahmadou Bamba

Touba, 13 jui (APS) – La ville de Touba vit ce samedi au rythme des célébrations du centen…