+++De l’envoyé spécial de l’APS :  Amadou Ba+++

Essaouira (Maroc) – Le 25e Festival d’Essaouira Gnaoua et Musiques du Monde a pris fin samedi après trois jours d’activités culturelles marquées par des concerts dans plusieurs endroits de la province marocaine, des tables rondes, des workshops sur la culture Gnaoua, des expositions artistiques et autres forums de discussions.

Cet évènement culturel d’envergure mondiale a débuté jeudi par une grande parade à travers cette cité balnéaire, montrant les facettes de la culture Gnaoua.

Les Gnaoua ou Gnaoui, un peuple descendant principalement d’esclaves, trouve sa place dans un espace à la croisée des peuples berbères dont les touaregs, des peuples d’Afrique subsaharienne, de ceux de l’Islam, de leurs traditions religieuses (confréries, transes) et musicales et de leurs instruments.

Plusieurs ténors de la musique Gnaoua comme le Maâlem Hamid El Kasri, des musiciens reconnus de la scène mondiale du jazz et de la ‘’world music‘’, comme les Sénégalais Alune Wade et Ablaye Cissokho ou encore des compagnies musicales prestigieuses ont communié durant trois jours avec un public nombreux venus du Maroc et au-delà.

Le Festival Festival d’Essaouira Gnaoua et Musiques du Monde a été créé en 1998 avec pour ‘’objectif premiers de réhabiliter un patrimoine aux profondes racines africaines qui était menacé de disparition, mettre en valeur la splendeur de la destination Essaouira qui traversait alors un passage à vide, et contribuer à faire rayonner la culture marocaine dans le monde’’, selon les organisateurs.

‘’Aujourd’hui, force est de reconnaître que ces objectifs ont été atteints au-delà des espérances de départ’’, se sont-ils réjouis.

Quatre-cent artistes, parmi lesquels 34 Maâlems Gnaoua, se sont produits dans 53 concerts, dont 6 concerts fusion.

Dans la langue gnaoui, le Maâlem désigne ‘’celui qui a un savoir-faire’’, ‘’un maître qui peut transmettre des connaissances’’ en musique.

Selon Neïla Tazi, la productrice du Festival, ‘’la culture ancestrale des Gnaoua est un trésor inestimable que nous avons défendu passionnément depuis plus de 25 ans et porté jusqu’à son inscription à l’UNESCO’’.

‘’La musique des Gnaoua a laissé son empreinte sur la scène musicale mondiale. Cette culture et ce festival ont servi le Maroc dans ce qu’il a de plus emblématique, son message de paix, de coexistence et d’ouverture sur le monde’’, a-t-elle ajouté.

ABB/OID

Dans la même rubrique
Charger plus dans Culture

Voir aussi...

SENEGAL-DIVERS / Sédhiou : une fille de 10 ans meurt noyée dans un caniveau

Sédhiou, 16 juil (APS) – Une fille de dix ans s’est noyée cet après-midi dans un can…