Connexion

La vitrine du Sénégal

Bannière Une

01/31/2023 4:26 p.m.

SENEGAL-MEDIAS-JUSTICE-MANIFESTATION

Les professionnels des médias poursuivent la mobilisation en vue de la libération du journaliste Pape Alé Niang

Nov. 16, 2022, 5:02 p.m.

Dakar, 16 nov (APS) – De nombreux journalistes ont protesté contre l’arrestation du journaliste Pape Alé Niang et ont réclamé sa libération, a constaté l’APS, mercredi, à Dakar.

Niang, patron du site d’information Dakar Matin, très critique envers les dirigeants actuels du Sénégal, est arrêté depuis le 6 novembre pour ‘’divulgation d’informations (…) de nature à nuire à la défense nationale’’, ‘’recel de documents administratifs et militaires’’ et ‘’diffusion de fausses nouvelles’’.

Inculpé depuis le 9 novembre, il est placé en détention préventive.

Des dirigeants d’associations de journalistes, des reporters, des responsables de médias sénégalais, des représentants de la presse étrangère et des dirigeants d’organisations de défense des droits de l’homme ont pris part à un sit-in de soutien au journaliste.

Réunis dans l’enceinte de la maison de la presse Babacar-Touré, où siègent plusieurs associations de journalistes, ils ont dénoncé l’arrestation du patron de Dakar Matin.

‘’Libérez Pape Alé !’’ lançaient les manifestants devant les photographes et cameramen de la presse nationale et étrangère, entre autres slogans.

La Coordination des associations de presse du Sénégal a prévu de tenir une marche de protestation contre l’arrestation du journaliste, vendredi à 15 heures, à Dakar. 

Le directeur du bureau à Dakar de Reporters sans frontières (RSF) pour l’Afrique subsaharienne, Sadibou Marong, considère l’arrestation du journaliste comme ‘’une tâche noire’’ sur l’image du pays.

‘’Nous sommes aux côtés de la Coordination des associations de presse pour manifester notre soutien à Pape Alé Niang. La prison, ce n’est pas sa place’’, a ajouté Marong, l’un des participants au sit-in.

Une ‘’liste rouge’’

Le responsable de RSF estime que les autorités sénégalaises et les associations de presse du pays doivent se parler régulièrement pour construire ‘’des consensus durables, au-delà de l’affaire concernant Pape Alé Niang’’. Le ‘’dialogue’’ entre ces deux parties conduira à la dépénalisation des délits de presse et à une plus grande ‘’responsabilisation’’ des professionnels des médias, a-t-il dit.

L’avocat Assane Dioma Ndiaye, venu apporter au journaliste emprisonné et à ses confrères le soutien de la Ligue sénégalaise des droits humains, a fait valoir le droit du public à l’information pour rejeter les faits reprochés à Niang.

S'il n'est pas libéré jusqu'au 1er décembre, le Comité pour la protection des journalistes, une association basée aux Etats-Unis, va mettre le Sénégal sur ‘’une liste rouge’’ comprenant les noms des pays où la liberté de la presse est bafouée, a dit le journaliste Momar Diongue, directeur de publication du quotidien Le Vrai Journal.

Selon l’avocat Ciré Clédor Ly, qui assure sa défense, il est reproché à Pape Alé Niang d’avoir publié une vidéo dans laquelle il relaye le contenu d’un rapport interne de la Gendarmerie nationale censé exonérer l’opposant Ousmane Sonko.

Ce dernier, chef de l’opposition, est inculpé de viol et placé sous contrôle judiciaire depuis début 2021.

Pape Alé Niang risque une peine maximale de cinq ans de prison.

Le Sénégal est 73e – sur 180 pays - au dernier classement mondial établi par RSF en matière de liberté de la presse. 

ESF/AKS

Dans la même catégorie

La vitrine du Sénégal

APS Photos

S'inscrire à la newsletter

© 2022 APS. All Rights Reserved. Powered by EmC2 Groupe