Connexion

La vitrine du Sénégal

Bannière Une

02/05/2023 5:33 p.m.

SENEGAL-REGION-RETROSPECTIVE

Ziguinchor, une année 2022 marquée par le verdict de l'affaire Boffa Bayotte et le démantèlement des dernières bases rebelles

Jan. 1, 2023, 11:22 a.m.

Ziguinchor, 1er jan (APS) - La condamnation à la réclusion criminelle à perpétuité prononcée contre trois des quinze accusés de la tuerie de Boffa Bayotte est un des faits marquants de l'année dans la région de Ziguinchor (sud).

Les opérations de ratissage que l'armée a menées contre les dernières bases rebelles ont également tenu en haleine la région en 2022. 

Cette partie méridionale du Sénégal est depuis plus de quatre décennies le théâtre d'un conflit séparatiste opposant l'Etat à des groupes rebelles appartement au Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC).

Le 13 juin 2022, le Tribunal de grande instance de Ziguinchor avait condamné par contumace le chef de guerre César Atoute Badiate, à la réclusion criminelle à perpétuité, en même temps de deux autres de ses co-accusés, dans l'affaire liée à la tuerie de Boffa Bayotte, qui remonte au 6 janvier 2018.

Le journaliste René Bassène, et Oumar Ampoï Bodian, présenté comme un membre du mouvement indépendantiste MFDC, ont été également condamnés à la même peine, en lien avec cette affaire.

Sauf César Atoute M. Badiate, jugé par contumace et sous le coup d'un mandat d'arrêt, les autres condamnés restent donc en détention.

Deux autres accusés dans ce dossier écopent d'une peine de six mois de prison avec sursis pour détention d’armes sans autorisation. Les dix autres ont été acquittés.

Ils étaient poursuivis pour 14 chefs d'inculpation dont association de malfaiteurs, participation à un mouvement insurrectionnel et complicité d'assassinat.

Le 6 janvier 2018, 14 coupeurs de bois avaient été tués dans la forêt de Boffa Bayotte, au sud de Ziguinchor, non loin de la frontière avec la Guinée-Bissau.

La gendarmerie a parlé d'une embuscade tendue contre les victimes et fait état de "14 morts constatés et 7 blessés", trois personnes ayant réussi à s'échapper.

 

Une année au rythme des opérations de ratissage de l'armée 

 

"Les personnes ont été regroupées, couchées par terre et sauvagement exécutées", déplorait la gendarmerie.

Une semaine après le drame, 22 personnes avaient été arrêtées. A la suite des auditions effectuées, 16 personnes avaient été placées sous mandat de dépôt.

Un sujet qui a défrayé la chronique dans la région de Ziguinchor qui a également vécu cette année au rythme des opérations de ratissage menées par l'armée sénégalaise contre les dernières bases rebelles.

L'assaut de l'armée a duré plusieurs semaines, à l'issue desquelles les rebelles ont été délogés des dernières bases qu'ils occupaient dans la région.

Des populations déplacées ont ainsi ensuite pu regagner leurs villages qu'elles étaient contraintes d'abandonner depuis une trentaine d’années.

Bissine, dans la commune d'Adéane, est l'un des premiers villages à enregistrer le retour de ses déplacés.

L'armée y a installé un poste militaire pour assurer la sécurité des populations, qui ont bénéficié d'une assistance financière censée faciliter leur retour au bercail.

L'armée a repris ses assauts le 14 mars 2022, à travers une opération conduite dans le nord Sindian (Bignona), en vue de démanteler des bases du Mouvement des forces démocratiques de Casamance.

"Le démantèlement des bases de la faction du MFDC dirigée par Salif Sadio situées sur le long de la frontière nord est l'objectif principal de cette opération en cours", avait précisé la Direction de l'information et des relations publiques des armées (DIRPA).

 

Sept soldats sénégalais avaient été pris en otage

 

L'opération visait également à "détruire toutes les bandes armées menant des activités criminelles dans la zone et à neutraliser toute personne ou entité collaborant directement ou indirectement avec elles", soulignait-t-elle dans un communiqué.

Les problèmes sécuritaires font que l'armée reste au cœur de l'actualité de cette région avec les accrochages intervenus en février dernier entre des rebelles du camp de Salif Sadio et des militaires sénégalais en mission en Gambie. Des morts avaient été enregistrés de part et d'autre.

Sept soldats sénégalais avaient été pris en otage pendant plusieurs jours avant d'être libérés par le chef rebelle.

Concernant le volet social et infrastructurel, il faut signaler une tournée de six jours du ministre en charge de ce domaine. Mansour Faye était venu visiter les projets en cours de réalisation dans la région.

Le ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement y a aussi lancé, à cette occasion, les travaux de la boucle du Fogny, qui va de Bignona à Djibidione en passant par Sindian.

Lors de cette tournée débutée le 8 novembre, Mansour Faye avait indiqué que plus de 150 milliards de FCFA avaient investis pour la réalisation de routes et de ponts en Casamance, dans le cadre du programme spécial du désenclavement (PSD).

Sur le plan sanitaire, ce 29 décembre, vingt femmes des régions de Ziguinchor, Kolda et Sédhiou, atteintes de fistules obstétricales, ont été opérées gratuitement à l'hôpital de la paix de Ziguinchor.

Ces femmes ont été opérées à l'occasion d'un camp gratuit de chirurgie réparatrice, initié par le ministère de la Santé et de l'Action sociale.
 

MNF/BK

Dans la même catégorie

La vitrine du Sénégal

APS Photos

S'inscrire à la newsletter

© 2022 APS. All Rights Reserved. Powered by EmC2 Groupe