Connexion

La vitrine du Sénégal

Bannière Une

01/31/2023 5:14 p.m.

SENEGAL-POPULATION-RECENSEMENT

Le 5e RGPH, une opération de souveraineté nationale pour une meilleure planification (ANSD)

Dec. 21, 2022, 6:32 p.m.

Dakar, 21 déc (APS) – Le 5e recensement général de la Population et de l’Habitat (RGPH-5), prévu en 2023, est une opération de souveraineté nationale pour une meilleure planification des politiques publiques, a fait savoir, mercredi, le directeur général adjoint de l’Agence nationale de la Statistique et de la Démographie (ANSD), Dr Abdou Diouf.

’’Ce recensement est une opération de souveraineté nationale pour une meilleure planification, un meilleur suivi et une meilleure évaluation des politiques publiques, projets et programmes au bénéfice des populations’’, a-t-il déclaré lors de la première réunion du comité technique du RGPH-5.

Ce comité technique, a-t-il renseigné, ‘’le premier du genre pour cette édition, est une action de sensibilisation, de partage, de recueil et de suggestions des différents segments de la vie économique et sociale et des différentes entités de l'administration nationale’’ sur les opérations à venir.

Selon le directeur général adjoint de l’ANSD ’’comme le suggère les nations unies, mais comme nous l'exigent également nos dispositions législatives, le Sénégal se doit de réaliser un recensement général de la population et de l'habitat, tous les dix ans.’’

’’Donc, après l'édition de 1976, celle de 1988, la troisième réalisée en 2002, la quatrième en 2013, nous nous acheminons vers le cinquième recensement général de la population et de l'habitat prévu en 2023. Et à cet effet, le président de la République a pris un décret qui institue la mise en œuvre et la réalisation du projet RGPH-5’’, a précisé M. Diouf.

Dans cette perspective, a-t-il expliqué, ’’toute l’année 2022 a été consacrée dans le cadre des activités du recensement, à la réalisation de la cartographie censitaire, une opération extrêmement importante consistant à faire la partition du territoire national en zones de dénombrement appelées également districts de recensement, correspondant à l'aire géographique, l'aire de travail de l'agent recenseur’’.

Cette opération a mobilisé soixante-dix véhicules pickups permanents sur dix mois, deux-cents soixante agents cartographes, mais également des experts géomaticiens, des experts informaticiens, des experts des cartographes séniors et des experts de la statistique et de la démographie’’, a-t-il ajouté.

Dr Abdou Diouf a par ailleurs fait savoir que cette opération d’une ’’grande envergure, nécessite des ressources financières et des ressources logistiques assez conséquentes, avec un budget estimé à 23 milliards de francs CFA, pris en charge presque essentiellement par l'État du Sénégal.’’ 

Ainsi, l’ANSD compte mobiliser ‘’prêt de 700 tout-terrain, et 27 500 agents recenseurs qui durant trois semaines vont dénombrer toutes les personnes, tous les sénégalais qui sont résidents au niveau national, mais également renseigner tout le questionnaire pour tous ces ménages’’.

M. Diouf estime que le recensement est ’’la seule opération statistique qui à l'échelle nationale, permet d'avoir des données désagrégées jusqu'au niveau le plus fin, sur l'état de la population, sur sa répartition par sexes, âges, mais aussi sur les conditions de vie des ménages.’’

Il permet ainsi ‘’aux pouvoirs publics, dans l'élaboration, la conception des politiques publiques, mais aussi dans le suivi et l'évaluation de ces politiques publiques, d'avoir une idée et une connaissance assez fine des réussites, des contraintes mais aussi de la demande des populations’’, a-t-il expliqué.

 

 

MK/MD

Dans la même catégorie

La vitrine du Sénégal

APS Photos

S'inscrire à la newsletter

© 2022 APS. All Rights Reserved. Powered by EmC2 Groupe