Touba, 5 juil (APS) – La coordinatrice de la santé de la reproduction (SR) du district sanitaire de Touba a rappelé la complexité qui caractérise la gestion des urgences obstétricales dans cette ville religieuse en période d’hivernage.

‘’La gestion des urgences en période d’hivernage est très complexe. Les femmes qui doivent accoucher sont transportées d’une zone à une autre sur des charrettes’’, a déclaré Thioro Faye Mbacké.

Elle animait une discussion avec la Direction de la santé de la mère et de l’enfant (Dsme) dans le cadre d’une caravane de presse dans la région de Diourbel.

Cette caravane est organisée en collaboration avec l’Association des journalistes en santé, population et développement (AJSPD).

Selon Mme Mbacké, la capacité d’accueil des hôpitaux de la ville devient ‘’très faible’’ en période d’hivernage. C’est une situation ‘’très grave’’ due à un ‘’manque d’équipements et à un plateau technique inadéquat dans certaines structures de santé’’, a-t-elle expliqué.

Elle espère que ‘’l’ouverture du bloc opératoire du centre de santé [Mbacké Madina] va renforcer le plateau technique (…)’’. ‘’Si cela est fait avant l’hivernage, ça va contribuer à la baisse de la mortalité maternelle et néonatale’’, espère-t-elle.

Elle signale qu”’il y a un retard dans les consultations prénatales (Cpn) (…)”.

Au total, la cité religieuse dispose de 29 postes de santé, 6 centres de santé et 3 hôpitaux. ‘’Mais, vu le poids démographique de Touba, c’est toujours insuffisant’’, affirme-t-elle.

Elle relève que, concernant la troisième consultation prénatale, ‘’beaucoup de difficultés ont été constatées à ce niveau’’. Elle magnifie toutefois ‘’les sensibilisations faites par les acteurs communautaires, qui ont permis une hausse des indicateurs’’.

‘’Nous appelons au renforcement de la sensibilisation avec les acteurs communautaires, les journalistes au niveau local, pour qu’on puisse bénéficier de ces supports pour réussir cette stratégie’’, insiste la responsable de la santé de la reproduction du district sanitaire de Touba.

Elle note qu’en matière de planification familiale où beaucoup de difficultés étaient enregistrées du fait des problèmes de compréhension et des rumeurs, le district a  ‘’pu relever le cap avec les acteurs communautaires, les relais et les +bajenu gox [marraines de quartier]’’.

‘’Concernant la santé de la reproduction des adolescents et des jeunes au niveau de Touba, dit-elle, nous avons des difficultés par rapport à cette cible.’’

Malgré une faible proportion d’accouchements à domicile, elle souligne que le souhait du district est d’’’avoir 100 % des accouchements dans les hôpitaux’’.

NSS/SKS/ASG

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-EDUCATION / Kédougou : l’IEF de Saraya récompense ses meilleurs élèves

Kédougou, 14 juil (APS) – L’Inspection de l’éducation et de la formation de Saraya a…