Révision de la Constitution et rationalisation des dépenses publiques à la Une
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

Révision de la Constitution et rationalisation des dépenses publiques à la Une

Dakar, 18 avr (APS) – Les quotidiens parvenus jeudi à l’APS commentent largement l’adoption en Conseil des ministres du projet de révision de la Constitution et la volonté du président de la République de rationaliser les dépenses de l’Etat. 

’’Macky Sall acte sa fast-track’’ en Conseil des ministres avec l’adoption du projet de révision de la Constitution devant consacrer la suppression du poste de Premier ministre, souligne Sud Quotidien. A cela s’ajoutent les annonces relatives à la rationalisation des dépenses de l’Etat et la confection de nouveaux passeports diplomatiques, selon le journal.
 
Le Soleil explique ‘’l’esprit et la lettre’’ de cette réforme et écrit : ‘’Un réaménagement majeur du fonctionnement de l’exécutif et de ses rapports avec le législatif ; le député nommé ministre puis limogé revient à l’Assemblée nationale ; une réforme plus technique et administrative que politique ; un président allégé, et non aux pouvoirs hypertrophiés, entouré d’un binôme : les secrétaires généraux de la présidence et du gouvernement’’. Selon le journal, ‘’l’Assemblée nationale saisie d’ici à vendredi, enclenchera la procédure la semaine prochaine’’.
 
Si ce projet de révision de la constitution passe en procédure d’urgence à l’Assemblée nationale, le poste de Premier ministre serait supprimé au début du mois de mai, croit savoir Source A.
 
‘’La Loi constitutionnelle supprimant le poste de Premier ministre a été adopté en Conseil des ministres’’, souligne de son côté Vox Populi qui ajoute que ‘’Macky Sall s’attaque au train de vie de l’Etat’’.
 
‘’Location, eau, électricité, téléphone, carburant, véhicules, dans la ligne de mire du président. Vers un recensement général du patrimoine bâti et non bâti et une évaluation du portefeuille de l’Etat. Macky Sall instruit le ministre des Affaires étrangères de mettre en place de nouveaux passeports diplomatiques’’, détaille Vox Populi.
 
Pour Libération, ‘’Macky Sall (a été) sans état d’âme’’ au sujet de la suppression du poste de Premier ministre, la rationalisation des dépenses de l’Etat et l’octroi des passeports diplomatiques. Enquête parle de la ‘’trouvaille de Macky Sall pour en finir avec la pagaille’’ dans la délivrance de ces titres officiels.
 
Commentant ces mesures, L’As affiche à sa Une : ‘’Macky Sall resserre la vis’’. ‘’Macky siffle la fin de la bamboula’’ (La Tribune). ‘’Macky Sall tape dans les privilèges’’ (Walfadjri).
 
‘’Train de vie de l’Etat, passeports diplomatiques, les grands travaux de Macky Sall’’, affiche à sa Une Le Quotidien qui écrit : ‘’C’est quand même courageux de vouloir réduire les charges de l’Etat et de remettre de l’ordre dans la pagaille des passeports diplomatiques’’.
 
‘’Gonflé par sa légitimité, le président Sall veut secouer le cocotier. C’est un énorme pari mais il faut changer le logiciel de l’administration sénégalaise qui date de Senghor. 59 ans après l’Indépendance, le Sénégal est toujours régi par des lois désuètes. Ira-t-il jusqu’au bout ? Il faudra vaincre les résistances pour remettre de l’ordre dans ce désordre général’’, s’empresse de noter la publication.
 
A la Une du Témoin, cette interrogation : ‘’Fast-track, suppression du poste de Premier ministre, rencontre avec les composantes de la majorité, qu’est ce qui fait courir Macky Sall ?’’. Différents experts répondent à cette question. Pour le journaliste et analyste politique Ibrahima Bakhoum, ‘’Macky Sall prépare un coup fourré’’. Le politologue Moussa Diaw estime que ‘’si personne ne s’oppose à Macky Sall, il pourrait se représenter en 2024’’.
 
Enquête met en exergue le feuilleton dans l’attribution du contrat d’affermage de l’eau avec le nouveau recours gracieux introduit par la SDE après que la société française Suez a été désignée pour la deuxième fois attributaire de ce marché. 
 
’’La SDE engage le mortal combat’’, affiche à sa Une le journal qui écrit : ‘’Bis repetita ! Le contrat de Suez confirmé, la SDE rue encore dans les brancards et annonce un recours gracieux devant le ministère de l’Eau. L’entreprise ne s’en limitera pas. Elle compte user de tous les moyens de droit (...) pour défendre ses intérêts’’.
 
OID/AKS