Les suspicions autour du vaccin Astrazeneca à la Une
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

Les suspicions autour du vaccin Astrazeneca à la Une

Dakar, 16 mars (APS) – Les suspicions autour du vaccin Astrazeneca suspendu dans plusieurs pays suite à l’apparition d’effets secondaires est en exergue dans les quotidiens reçus mardi à l’Agence de presse sénégalaise (APS).
 
"Le Sénégal doit-il suspendre l’utilisation du vaccin Astrazeneca ?", s’interroge Libération.
 
Le journal rappelle que le ministre de la Santé annonçait la semaine dernière qu’aucune anomalie n’avait été constatée sur le territoire sénégalais chez les personnes ayant reçu les doses du vaccin Astrazeneca.
 
"N’empêche, les pays continuent de prendre des mesures provisoires après le signalement de cas suspects chez les personnes vaccinées", rapporte la publication.
 
Au moins douze pays ont suspendu, lundi, l’utilisation du vaccin. Il s’agit principalement de pays européens : la France, le Danemark, l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne, la Norvège, l’Islande, la Bulgarie, les Pays-Bas et l’Irlande, auxquels s’ajoutent la Thaïlande et la République démocratique du Congo.
 
Les inquiétudes portent sur des cas graves de formation de caillots sanguins chez certaines personnes vaccinées.
 
Le journal Le Quotidien met également en exergue cette polémique sur "la fiabilité" du vaccin Astrazeneca et affiche à sa Une : "Astra Gênant Cas". 
 
"Le Sénégal ne voit pas une cause qui pourrait l’inciter à suspendre la vaccination avec Astrazeneca même si des voix s’inscrivent contre", écrit le journal.
 
Il ajoute : "Le directeur de la prévention informe qu’il n’y a aucun problème majeur, pour le moment, et que prés de 30 000 personnes ont été vaccinées avec Astrazeneca".
 
Selon L’Observateur, le vaccin Astrazeneca, "suspendu dans une dizaine de pays européens est encore pratiqué au Sénégal qui semble refuser d’adopter le principe de précaution. Malgré des cas de malaises graves en banlieue dakaroise, annoncés sur les réseaux sociaux, mais officiellement inconnus des services de santé".
 
Le quotidien Le Mandat constate que "le Sénégal déroule avec Astrazeneca +incriminé+".
 
"La liste des pays qui ont suspendu le vaccin Astrazeneca s’allonge tandis que le Sénégal poursuit sa vaccination. Le prétexte, les vaccins dont dispose le Sénégal ne sont pas dans le lot incriminé", explique cette publication.
 
Le journal La Tribune relève aussi que "la liste des pays mettant entre parenthèses l’injection du vaccin Astrazeneca n’en finit pas de s’allonger". Et le quotidien de s’interroger : "Le Sénégal va-t-il renoncer au vaccin anglo-suédois ?".
 
Le quotidien Le Soleil se fait écho des propos de l’immunologue, Pr Tandaka Ndiaye Dièye : "Il faut poursuivre la campagne avec le vaccin Astrazeneca".
 
"Le Pr Tandaka Ndiaye Dièye a tranché : la campagne de vaccination contre la Covid-19 doit se poursuivre avec tous les vaccins y compris celui d’Astrazeneca. Sur 5 millions de personnes qui ont reçu les doses d’Astrazeneca, seuls 30 sujets ont présenté des effets secondaires, relativise-t-il", écrit le journal.
 
Dans sa livraison du jour, Le Témoin met en exergue le Khalife général des mourides, Serigne Mountakha Mbacké. "Apôtre de la paix, médiateur infatigable, pompier social, soutien financier généreux, le Khalife général des mourides est l’autorité morale dont rêvaient les Sénégalais. Tous les Sénégalais et pas seulement les mourides", écrit le journal.
 

OID