Les manifestations pour la libération de Sonko toujours à la une
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

Les manifestations pour la libération de Sonko toujours à la une

Dakar, 10 mars (APS) - La presse quotidienne continue de commenter les violentes manifestations consécutives à l’arrestation du leader de Pastef/Les patriotes pour trouble à l’ordre public, à la suite des accusations de viol et de menaces de mort portées sur lui par une employée d’un salon de massage.
 
WalfQuotidien signale que ‘’l’opposition accentue la pression sur le pouvoir’’. Selon le journal, le Mouvement de défense de la démocratie (M2D) va se faire entendre ce samedi, une marche étant prévue le même jour faire ‘’libérer les détenus’’.

Vox Populi rapporte que le M2D a décidé de faire du vendredi 12 mars une journée de deuil national en hommage aux victimes des manifestations. Le journal explique dans le même temps ‘’pourquoi Ousmane Sonko ne sera pas inquiété de sitôt’’ après son placement sous contrôle judiciaire dans le dossier judiciaire l’opposant à Adji Sarr, la masseuse qui l’accuse de viol et de menaces de mort.
 
‘’Si on fait l’évaluation des rapports de force, Sonko est dans une bonne direction’’, écrit Vox Populi.
 
De son côté, Sud Quotidien annonce que la société civile réclame l’ouverture d’une ‘’enquête indépendante et crédible’’ sur les manifestations meurtrières qui ont secoué le pays, après l’arrestation de l’opposant Ousmane Sonko.
 
L’Observateur fait un ‘’inventaire de la furie destructrice’’ et révèle que les émeutes ont causé des dizaines de milliards de francs CFA de pertes’’. 
 
Le journal fait aussi état de l’arrestation de plus de 500 jeunes. Parmi eux, 350 ont été déférés au parquet et près de 150 emprisonnés, rapporte également L’Observateur, selon lequel ‘’l’identité de l’avocat qui a écrit la plainte de la masseuse contre le leader de Pastef/Les Patriotes [est] connue’’.

Le Quotidien dresse lui aussi le bilan des émeutes qui ont éclaté dans le pays en indiquant qu’il y a eu ‘’au moins 10 morts et 600 blessés’’.
 
Le Témoin Quotidien dévoile ‘’les dessous du blocage du cortège de Sonko à Mermoz’’, en revenant sur ‘’les circonstances dans lesquelles il a été décidé de coller les motifs de trouble à l’ordre public et de participation à une manifestation non autorisée à Ousmane Sonko’’.
 
Selon le journal EnQuête, le capitaine Oumar Touré, le gendarme de la section de recherche ayant mené l’enquête sur l’affaire Ousmane Sonko, pourrait bientôt être arrêté. Le journal affirme qu’il n’a toujours pas encore déposé une lettre de démission auprès des autorités de la Gendarmerie, comme il le laisse croire. ‘’Après six jours d’absence, il sera arrêté, selon la procédure, à moins qu’il ne regagne son poste.’’
 
Selon le journal, quand on est gendarme, il faut avoir au moins dix ans de service pour pouvoir démissionner.
 
EnQuête constate par ailleurs que ‘’la vie reprend son cours peu à peu’’, après les violentes manifestations. Le même constat a été fait par Le Soleil.


ASG/ESF