Les recommandations du Khalife général des mourides à la Une
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

Les recommandations du Khalife général des mourides à la Une


Dakar, 30 oct (APS) - Les journaux parvenus mardi à l’Agence de presse sénégalaise (APS) mettent en exergue les recommandations faites à la classe politique par le khalife général des mourides, Serigne Mountkha Bachir Mbacké, à l’occasion de la cérémonie officielle du Grand Magal célébrée dimanche à Touba, la capitale du mouridisme.


Le khalife général des mourides, par la voix de son porte-parole, Serigne Bassirou Abdou Khadre, a notamment invité les acteurs politiques à faire preuve de retenue tout en privilégiant le consensus, lors de la cérémonie officielle de l’évènement commémorant le départ en exil de Cheikh Ahmadou Bamba, fondateur de la confrérie.


’’Ayez foi en Dieu et au verdict des urnes’’, reprend à sa Une Le Soleil. ‘’Il est primordial de rappeler à ceux d’entre vous qui sont actifs dans la sphère politique (…) de leurs devoirs d’être conscients et responsables de leurs actes. Allah le Tout puissant est le seul détenteur du pouvoir. C’est lui qui choisit par sa volonté et il fait ce choix bien avant le déroulement des évènements’’, rapporte le journal.


Entretenant ses lecteurs du discours du guide religieux de Touba lors de la cérémonie officielle à laquelle le gouvernement était représenté par une délégation conduite par Aly Ngouye Ndiaye, ministre de l’Intérieur, Enquête affiche à sa Une : ‘’Les mises en garde de Serigne Mountakha’’.


’’Nous invitons les uns et les autres à éviter les débats de bas niveau susceptibles de diviser le peuple. On ne construit pas un pays dans la violence, mais plutôt avec le savoir et les compétences’’, souligne la publication dans son interprétation des propos du khalife général des mourides.


’’Le sermon musclé du Khalife contre les politiciens’’, écrit de son côté Vox Populi qui met en exergue ses propos : ‘’Quelqu’un qui prétend diriger ce pays ou n’importe quelle localité, doit bannir certaines pratiques qui ne mènent nulle part. Seul Dieu est maître. Il choisit qui il veut pour diriger. Les politiciens qui ont la volonté de servir le pays ont l’obligation d’éviter la violence physique ou morale’’.


Pour Sud Quotidien, Serigne Mountakha ‘’instruit la classe politique’’ en vue d’une élection présidentielle apaisée en 2019. Selon le journal, le Khalife des mourides a appelé la classe politique à éviter les pratiques qui divisent ou qui peuvent être à l’origine de malentendus.


La même information est d’ailleurs livrée par les autres publications sous des titres divers. ‘’Serigne Mountakha sermonne les politiciens’’, indique par exemple à sa Une le journal L’AS, tandis que Le Quotidien mentionne : ‘’Les prêches du Khalife’’. Dans le même temps la Tribune assène : ‘’Le discours de vérité de Serigne Mountakha’’.


Le Témoin a préféré faire le bilan d’organisation de la 124ème édition de la célébration du Grand Magal dans la cité religieuse de Touba. Pour ce quotidien dakarois, Serigne Mountkha a réussi son premier Magal, quelques mois après avoir succédé à Serigne Sidy Mokhtar Mbacké.


Le journal parle d’organisation parfaite, illustrée par un accès facilité par l’ouverture de l’autoroute Ila Touba, une absence de coupures d’électricité entre autres, alors que le discours du religieux s’est situé dans la lignée d’équidistance de ses prédécesseurs.

Dressant le bilan sécuritaire de cet évènement religieux, Walfadjri indique : ’’63 accidents (ayant occasionné) 8 morts et 200 blessés ; 511 individus interpellés’’.


En solo, L’Observateur a opté pour la politique en rapportant à sa Une des propos de l’ancien président du groupe parlementaire Liberté et Démocratie (oppsoition), Me Madické Niang, candidat déclarée à l’élection présidentielle de février 2019.


‘’Je ne suis pas un traître’’, se défend l’avocat au sujet des réactions suscitées par son choix de briguer la magistrature suprême. ‘’Je continuerai de revendiquer mon appartenance au PDS (Parti démocratique sénégalais) jusqu’au jour où me notifiera mon exclusion’’, poursuit l’homme politique dans des propos rapportés par le journal.

AKS/OID