Le coronavirus en force, l’affaire Guy Marius Sagna pas en reste
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

Le coronavirus en force, l’affaire Guy Marius Sagna pas en reste

Dakar, 27 fév (APS) - Le coronavirus et ses conséquences, notamment sur le quotidien des Sénégalais d’Italie, de même que l’affaire Guy Marius Sagna, compte parmi les sujets les plus en vue de la livraison de jeudi de la presse quotidienne.

Le quotidien Enquête, par exemple, souligne l’angoisse des Sénégalais vivant en Italie, pays le plus touché par le coronavirus en Europe, la maladie progressant de manière inquiétante dans le pays de Dante au risque de créer une véritable psychose.
 
"Le coronavirus fait désormais des ravages en dehors de la Chine. Après la Corée du Sud et l’Iran, c’est en Italie qu’il sème la panique. A l’approche du magal du Kazou Rajab, prévu le 22 mars prochain, les nombreux Sénégalais, particulièrement les fidèles mourides établis dans ce pays, craignent pour la tenue de l’évènement qu’ils avaient l’habitude de célébrer dans une ville choisie entre compatriotes", écrit Enquête.
 
L’As fait sa Une d’un témoignage d’une Sénégalaise vivant en Italie, qui explique en détail "la vie en quarantaine" de ses compatriotes résidant notamment à Codogno, petite ville lombarde considérée comme le principal foyer de propagation du virus dans ce pays.
 
Au Sénégal, l’imam El Hadj Ababacar Pouye, officiant dans l’une des deux mosquées de l’Aéroport international Blaise Diagne (AIBD) de Diass "a choisi d’axer ses prêches sur la maladie", rapporte L’Observateur.
 
La psychose liée au coronavirus laisse toutefois de la place à Guy Marius Sagna, du nom de l’activiste leader du mouvement "Frapp-France Dégage", inculpé et placé en détention après avoir été arrêté lors d’une manifestation contre la hausse du prix de l’électricité, fin novembre dernier.
 
Depuis, certains de ses compagnons ont été libérés mais lui est resté en prison. Ses partisans n’ont donc eu de cesse de demander sa libération, à l’image du secrétaire général des Forces démocratiques du Sénégal (FDS, Dr Babacar Diop).
 
Ce dernier a ainsi rendu visite à ce sujet à l’archevêque de Dakar, le cardinal Théodore Adrien Sarr "pour demander son implication" dans cette affaire, afin que Guy Marius Sagna puisse être libéré, selon Sud Quotidien. "Le chef de l’Eglise tape sur la table", indique à propos Vox Populi.
 
"Mgr Sarr préoccupé par le +drame qui frappe Guy+", souligne le même journal, citant des déclarations du chef de l’église : "Le pouvoir politique n’est pas au-dessus de Dieu". Les mêmes propos sont repris par Libération notamment.
 
Alors, "Guy Marius Sagna en route vers la liberté ?", se demande ce dernier journal. Toujours est-il que "sa défense a encore déposé, hier, une nouvelle demande de liberté provisoire", transmis au parquet le même jour. "Le réquisitoire du procureur sera déterminant", note Libération.
 
Au titre de divers autres sujets abordés par les journaux, Le Soleil revient sur la question du dialogue national et relève que le président de la République, Macky Sall, "veut des consensus dynamiques", à l’issue de ces concertations qu’il a lancées.
 
L’ancien ministre Mamadou Ndoye et ex-secrétaire général de la Ligue démocratique (LG) répond à sa manière en considérant que Macky Sall "a transformé les leaders de BBY en +surgë+", en obligés en quelque sorte. 
 
BBY est une coalition regroupant les partis alliés du pouvoir, dont certains ont manifesté ces dernières années un soutien indéfectible au président Sall. Certains responsables des partis concernés participent au gouvernement s’ils ne sont pas promus à la tête d’institutions nationales.
 
La situation au sein de l’Alliance de la République (APR), est également au menu de la presse du jour, certains responsables du parti au pouvoir étant accusés de trahison politique. 
 
"Macky Sall aiguise le sabre pour le trio de l’ombre", composé des anciens Premiers ministres Mahammed Dionne et Aminata Touré et l’actuel ministre des Affaires étrangères Amadou Bâ, croit savoir le quotidien Kritik’.
 
Il ajoute que des notes secrètes de renseignement révèlent, "avec force détails, preuves-vidéo et audio à l’appui, les péchés qui vont envoyer des proches collaborateurs du chef de l’Etat à l’abattoir".
 


BK/SD