Les inondations et leurs conséquences en exergue
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

Les inondations et leurs conséquences en exergue

Dakar, 7 sept (APS) - Les fortes pluies tombées sur le Sénégal au cours du dernier week-end et leur lot de dégâts ont retenu l’attention de l’ensemble des quotidiens dakarois parvenus ce lundi à l’APS.
 
La une du Soleil montre l’ampleur des quantités d’eau qui se sont abattues sur le pays. ‘’Des pluies qui frôlent les cumuls annuels’’, titre le journal, parlant de ‘’ plus de 175mm à Passy, 203 mm à Toubacouta, 236 mm à Sokone, en une journée’’. Le quotidien national indique également que ‘’l’eau règne en maître dans la banlieue dakaroise’’, tandis que plusieurs autres régions du pays, comme Fatick, Kaffrine, Sédhiou et Thiès sont touchées.
 
Le journal signale que le chef de l’Etat a décidé de déclencher le Plan d’organisation des secours (Plan ORSEC).
 
Ces fortes précipitations se sont toutefois avérées très meurtrières, si l’on en juge par la une de L’Observateur. ‘’Pluies de morts sur le pays’’, affiche le journal, évqouant ‘’6 vies perdues dans les eaux dont 2 à Sédhiou, 1 à Grand-Yoff, 1 à Kaolack, 1 à Guinaw-Rails et 1 à Rufisque’’.
 
Le journal rappelle par ailleurs ‘’les prédictions inquiétantes’’ du Comité inter-Etat de lutte contre la sécheresse dans le Sahel (CILSS) et de l’ANACIM et indique que sur les 10 points du Plan décennal de lutte contre les inondations, seuls sept ‘’sont exécutés’’.
 
Le quotidien L’As parle de ‘’pluie de désolation dans le pays’’, évoquant ‘’des morts, d’immenses dégâts, un interminable calvaire’’. Le journal signale qu’’’au moins 4 personnes ont perdu la vie et beaucoup ont passé la nuit à la belle étoile, à cause des eaux’’.
 
Toujours concernant les victimes, Libération indique notamment qu’’’un enfant de 2 ans meurt à Grand-Yoff’’ et ‘’un autre à Kaoalck’’. Il fait également état du décès d’un agent de la Croix-Rouge à Rufisque et de deux morts à Sédhiou.
 
Libération décrit des ‘’scènes de désolation à travers tout le pays’’, avec ‘’plusieurs familles dormant à la belle étoile’’. Il rapporte dans le même temps que des corps ont été ‘’déterrés aux cimetières de Pikine’’, pendant que les chantiers du Bus rapid transit (BRT) ont été ‘’engloutis’’.
 
Et selon Vox Populi, ‘’de Dakar à Thiès, en passant par Diourbel, Kaolack, Fatick, Tambacounda, Kolda, Sédhiou, Matam, Saint-Louis, etc., aucune localité n’est épargnée’’. D’après ce quotidien, ‘’ce sont des inondations sans précédent, partout dans le pays, auquel le Sénégal est confronté’’. 
 
Sous le titre ‘’le gouvernement se titre une balle dans le pied’’, le commentateur du quotidien estime que celui-ci ‘’a manqué d’anticipation et de réactivité pour se préparer à une meilleure prise en charge de cette pluviométrie exceptionnelle’’. Pour lui, ‘’les sinistres auraient été plus ou moins compris, pour ne pas dire acceptés, si l’Etat avait communiqué en direction des populations, avertissant sur les risques de précipiations exceptionnelles et surtout si un dispositif opérationnel avait été mis en amont’’.

L’Info abonde dans le même sens, parlant d’un ’’flagrant délit de mauvais assainissement’’. Selon le journal, "faute de voies d’évacuation, les eaux de pluies ont stagné partout, formant par endroits des mares’’.
 
Sud Quotidien note que pendant que le pays ‘’est sous les eaux’’, le chef de l’Etat, Macky Sall, ‘’s’envole’’ pour le Niger pour le sommet de la CEDEAO, ‘’laissant son ministre de l’Eau et de l’Assainissement, Serigne Mbaye Thiam avec les populations meurtries’’.
 
Enquête estime, au vu de la situation qui prévaut, que les inondations sont ‘’mal incurable au Sénégal’’, les problèmes qu’elles posent ne trouvant pas de réponses, ‘’malgré l’existence de solutions vulgarisées, depuis plusieurs années, et des milliards dépensés’’.

ASG