Le sermon des imams et la disparition de Mbaye Jacques Diop, en exergue
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

Le sermon des imams et la disparition de Mbaye Jacques Diop, en exergue

Dakar, 14 sept (APS) – Le sermon des imams à l’occasion de la célébration lundi de la fête de l’Aïd-el Kébir ou Tabaski et la disparition dimanche de l’ancien maire de Rufisque Mbaye Jacques Diop sont entre autres sujets traités par les quotidiens reçus mercredi à l’APS.
 
Le Populaire a mis en exergue la prière de la Tabaski à Touba en écrivant à sa une ‘’rappel à l’ordre de la communauté mouride : Fatwa codée du Khalife contre les récalcitrants’’.
 
Le journal explique dans ses colonnes que ‘’ le Khalife général des mourides siffle la fin de la récréation, après ce qu’il considère comme de nombreuses dérives émanant de personnes se réclamant de la communauté mouride’’.
 
‘’J’invite les personnes qui s’identifient à ces propos à se conformer aux enseignements de Serigne Touba. La communauté ne saurait accepter encore longtemps de tels agissements’’ a indiqué dans son sermon l’imam Serigne Fallilou Abdou Khadre, le porte-parole du jour de Serigne Sidi Mactar Mbacké, dans des propos repris par Le Populaire.
 
Pour sa part, L’Observateur relève que ‘’ce sont des sermons engagés que les imams du Sénégal ont servi aux fidèles musulmans à l’occasion de l’Aïd-el kébir, communément appelée Tabaski’’.
 
‘’Des sujets allant du manque de solidarité de certains Sénégalais, à la spéculation sur les prix du mouton à la veille de Tabaski, en passant par l’éthique et la morale, la mauvaise gestion des deniers publics, la divulgation de secrets d’Etat, jusqu’à la révocation de Ousmane Sonko, tous ont été passés au peigne fin’’, ajoute le journal.
 
Il indique que ‘’comme ils se sont passés le mot, les imams du Sénégal ont tous appelé les Sénégalais à se retrouver autour de l’essentiel, notamment +la foi, la paix, la dialogue national, la consolidation de la démocratie, l’amour de la patrie+. Autant de valeurs qui peuvent faire du Sénégal un pays émergent’’.
 
L’autre sujet développé par la presse du jour concerne le rappel à Dieu dimanche de Me Mbaye Jacques Diop, ancien maire de Rufisque et ancien président de l’ex Conseil de la République pour les affaires économiques et sociales (CRAES), des suites d’une longue maladie.
 
‘’ Je n’ai jamais été nommé, j’ai toujours eu des mandats électifs’’ écrit Sud quotidien en reprenant une phrase que le défunt Mbaye Jacques Diop aimait à répéter, en relevant ‘’un combattant dans l’âme’’.
 
Selon le journal, exception faite de son passage au CRAES, l’ancien maire de Rufisque glanait fièrement ses mandats plusieurs fois renouvelés de député et de maire de Rufisque.
 
Le Quotidien renseigne que ‘’ c’est à Yéne, dans sa maison de retraite que cet homme politique le plus puissant et le plus célèbre de Rufisque durant les cinquante dernières années a rendu son dernier souffle’’.
 
‘’L’effondrement de ce géant politique comme une tour ce 11 septembre 2016 (allusion aux attentats du world Trade Center aux Etats-Unis) a été l’effet d’un terrorisme dans les cœurs ‘’, écrit encore la même parution dans ses colonnes qui a tenté de résumer les 82 ans de l’homme, pour reprendre le livre de Sidy Diop, journaliste et biographe de Mbaye Jacques Diop.
 
‘’Les pancartes en berne’’ écrit Le Quotidien pour revenir sur la participation du défunt homme politique à la marche des jeunes Sénégalais pour dire +Non+ à la Communauté souhaitée par le général De Gaule le 26 septembre 1958 à la place Protêt, devenue place de l’Indépendance. 
 
‘’Avec le décès de Me Mbaye Jacques Diop, c’est un gros chapitre de l’histoire politique du Sénégal qui se referme. Homme politique fortement attaché à son terroir, il a mené une vie de combat, défendant fermement ses convictions et appréciant, avec un art jamais démenti, les situations politiques pour en tirer le meilleur’’, écrit de son côté Le Soleil.
 
Le chef de l’Etat Macky Sall qui a présenté dimanche mardi ses condoléances à la famille en a profité pour appeler la famille de Me Mbaye Jacques Diop à perpétuer l’œuvre du défunt, indique le journal.
 
‘’J’ai toujours eu une admiration pour Mbaye Jacques Diop, c’est ce qui explique ma présence ici aujourd’hui (mardi), après la levée du corps hier (lundi)’’, déclare le président Sall dans des propos repris par le quotidien national.
 
ASB