Le procès du terrorisme et d’autres sujets à la Une
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

Le procès du terrorisme et d’autres sujets à la Une

Dakar, 28 déc (APS) – Le renvoi du procès de l’Imam Alioune Ndao et de ses accusés dans une affaire de terrorisme présumé et d’autres sujets constituent le menu des quotidiens reçus jeudi à l’APS.
 
Ouvert mercredi, le procès de 32 présumés jihadistes dont l’Imam Alioune Ndao, accusés entre autres d’association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste, a été renvoyé au 14 février. 
 
Décrivant l’ambiance au Palais de justice, Vox Populi écrit : ‘’Hier, à la salle 4 où se tenait le procès de l’imam Aliou Ndao et de ses acolytes, on se serait cru dans une mosquée. Des hommes habillés en Jellaba avec de petits bonnets sur la tête, des femmes voilées ou certaines en hijab avaient rempli la salle d’audience dès les premières heures de la journée’’.
 
‘’Et après le renvoi de l’affaire à la date du 14 février 2018, les +Allahou Akbar, Alkabir (Dieu est le plus Grand et justice sera rendue) fusaient de partout (…)’’, ajoute Vox. Le journal explique que le président du Tribunal a renvoyé l’affaire ‘’pour permettre aux avocats nouvellement constitués de mieux prendre connaissance du dossier’’, même si les avocats ont fustigé les conditions dans lesquelles est organisé le procès.
 
Enquête note que le procès a été renvoyé ‘’pour une meilleure défense des accusés’’. Selon ce journal, ‘’les proches et soutiens des accusés, en particulier de l’imam Ndao, n’ont pu cacher leur émotion en voyant le religieux. Ce dernier était la grande attraction dans une salle où la sécurité a montré ses limites’’.
 
Libération revient sur ‘’les effroyables aveux’’ dans cette affaire de présumés terroristes et écrit : ‘’11 Boko Haram voulaient revenir au Sénégal pour former les futurs combattants dans la forêt de Kédougou ; les révélations sur PV de Makhtar Diokhané qui avait écrit un manifeste corrigé par l’imam Alioune Ndao, pour créer une wilaya sous régionale (….)’’.
 
Le quotidien Enquête revient sur la polémique sur l’argent de la traque des biens mal acquis et titre : ‘’Mimi-malaise au sommet’’.

Dans une émission radio, l’ancienne Première ministre et ministre de la Justice, Aminata Touré, avait fait état de 200 milliards recouvrés par l’Etat dans le cadre de l’enrichissement illicite. Le président de l’Assemblée nationale, Moustapha Niasse, a déclaré par la suite n’avoir pas ‘’souvenance qu’une loi de finance rectificative ait été discutée ou votée sur 200 ou 300 milliards’.
 
‘’La figure adoubée à ses débuts pour la reddition des comptes publics semble ostracisée, à l’heure des ententes de la realpolitik. Mais Aminata Touré ne compte pas subir seule les contrecoups politiques de la ‘’traque (des biens mal acquis+’’, note le journal qui estime que ‘’Mimi (est) un problème +apériste+ en devenir’’.
 
Dans cette affaire, ‘’Mimi s’emmêle les preuves’’, selon Walfadjri qui écrit : ‘’C’est le paradoxe de l’affaire. Accusateur délié de la charge de prouver ses accusations, le pouvoir de Macky Sall se trouve dans l’obligation d’administrer la preuve des allégations de son ancien Premier ministre’’.
 
Le Quotidien met en exergue ‘’l’insécurité alimentaire dans le Nord du Sénégal’’ et affiche en Une : ‘’Le triangle de la faim’’. ‘’Kanel est au cœur de la région de Matam. A cheval entre les riches terres du Walo qu’arrose le fleuve Sénégal et le Ferlo, le département subit cette année de plein fouet les effets du changement climatique. Un hivernage précocement arrêté s’est ajouté à une faible crue du fleuve. Du coup, les ménages déjà vulnérables touchent le fond’’, écrit le journal.
 
La publication souligne que la Commission nationale de la sécurité alimentaire a commencé à distribuer des vivres de soudure dans le quartier de Thiélol et face à la situation, la région de Matam a élaboré un plan d’urgence qui commence à être exécuté.
 
Vox Populi s’intéresse au soutien et à l’insertion des détenus et affiche à sa Une : ‘’115 crimes par armes blanches dénombrés entre 2016 et 2017’’.

Dans le journal, Ibrahima Sall de l’Association pour le soutien et la réinsertion sociale des détenus (ASRED) déclare que ‘’68% des détenus récidivent, seulement 2% bénéficient du programme de réinsertion’’. La problématique du suivi post carcéral pour la réinsertion des anciens détenus était au cœur d’un panel mercredi.
 
Dans sa livraison du jour, Le Soleil présente le prince héritier d’Arabie-Saoudite Mohammed Ben Salmane en titrant : ‘’Le visage séduisant d’une +révolution+’’.

OID/ASG