Dakar,10 jan (APS) – Le placement sous mandat de dépôt du maire de la Médina, Bamba Fall, et d’autres militants du Parti socialiste (mouvance présidentielle), accusés d’avoir saccagé le (...)" />
Le placement sous mandat de dépôt de Bamba Fall et des militants du PS en exergue
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

Le placement sous mandat de dépôt de Bamba Fall et des militants du PS en exergue


Dakar,10 jan (APS) – Le placement sous mandat de dépôt du maire de la Médina, Bamba Fall, et d’autres militants du Parti socialiste (mouvance présidentielle), accusés d’avoir saccagé le siège national de cette formation politique, est l’un des sujets phares traités par les quotidiens reçus mardi à l’APS.



"Bamba Fall et Cie (compagnie) envoyés à Rebeuss…", relève Vox Populi dans sa manchette.


 


Le maire de la Médina et ses camarades ont été inculpés et placés sous mandat de dépôt pour tentative d’assassinat et association de malfaiteurs, lundi, par le doyen des juges d’instruction, Samba Fall, précise le journal.


 


Bamba Fall a été arrêté en même temps qu’une dizaine de personnes, à la suite d’une audition menée par la Brigade des affaires générales - un démembrement de la DIC - sur des échauffourées survenues au siège du PS, le 5 mars 2016, à Dakar.


 


"Mandat de dépôt pour le maire de la Médina et ses camarades : Bamba Fall exilé à Rebeuss", titre le Quotidien.


 


"Après trois retours de Parquet, Bamba Fall et Cie ont passé hier (lundi) leur première nuit à Rebeuss", explique le journal, soulignant que "leurs avocats parlent d’une instrumentalisation de la justice pour des règlements de comptes politiques".


 


"Bamba Fall et Cie ont été expédiés à Rebeuss", relève de son côté l’As, avançant qu’ils sont "en route pour la chambre criminelle". "Faisant l’objet de plusieurs chefs d’inculpation (tentative d’assassinat, associations de malfaiteurs, etc.), les prévenus risquent de passer au moins les six prochains mois, la durée légale de l’instruction en prison", croit-il savoir.


 


Pendant ce temps, poursuit l’AS, l’un de leurs avocats, Me Khassimou Touré, avertit qu’"ils n’accepteront jamais que la justice serve de bras séculier du pouvoir politique".


 


De même, renseigne l’Observateur, Me Ciré Clédor Ly, qui fait partie du pool des avocats de Bamba Fall et Cie, informe qu’une requête pour détention arbitraire a été déposée à la chambre d’accusation. Selon le journal, ils estiment que "les conditions dans lesquelles leurs clients ont été arrêtés violent la loi avec les retours de parquet (RP)". Ils jugent également qu’une telle détention "n’a aucune base légale".


 


En politique toujours, les quotidiens se sont intéressés aux derniers développements de la crise post-électorale en Gambie. La Cour suprême gambienne tient ce mardi une session à la suite du recours introduit par le président sortant, Yahya Jammeh, qui conteste la victoire de son adversaire, Adama Barrow.


 


"Banjul retient son souffle", écrit Sud quotidien, ajoutant que "des partisans du président Jammeh ont prévu d’organiser un rassemblement aujourd’hui devant la Cour suprême pour attendre le verdict".


 


"Sauf qu’à ce jour, il n’y a toujours pas de juges affectés à cette juridiction. Malgré l’insistance de Jammeh à faire appel à des juges Nigérians sur la base d’accord de coopération judiciaire entre les deux pays, le Nigeria a officiellement fermé la porte à répondre à cette sollicitation", explique-t-il.


 


La Tribune ajoute que "Yahya Jammeh vient d’être lâché par cinq des sept juges de la Cour suprême qu’il a nommés en personne ces dernières semaines pour statuer sur son recours en annulation du scrutin présidentiel de décembre dernier".


 


"Devant siéger ce lundi, les juges nigérians et sierra-léonais ne se sont pas présentés", fait savoir le journal, soulignant que "des chefs d’Etat africains sont annoncés à Banjul dans les prochaines heures pour rencontrer une dernière fois Yahya Jammeh".


 


L’autre sujet évoqué par les quotidiens concerne le décès ce lundi de l’artiste non voyant Ablaye Mbaye, des suites d’un malaise en plein studio.


 


"Ablaye Mbaye quitte définitivement la scène", écrit Le Témoin selon qui "un génie est mort, micro en main". "L’auteur compositeur rend ainsi l’âme moins de deux mois après la disparition de son père El Hadji Dame Mbaye, rappelé à Dieu en novembre dernier à l’Hôpital Abbas Ndao", précise-t-il.

Et le journal d’ajouter : "Né en 1981 dans le quartier dakarois de la Médina, Ablaye Mbaye s’est familiarisé avec l’écriture braille à l’Union nationale des aveugles de Thiès avant de se lancer très tôt dans la chanson à côté de feu Demba Dia dit Rock Mbalax."


 


L’Obs, de son côté, relate les derniers instants du chanteur Ablaye Mbaye, évoquant le dernier "thiebou djeune" qu’il a mangé en famille. Il devait enregistrer hier (lundi) le dernier morceau de son album, ainsi que sa dernière blague avec ses musiciens avant son malaise.


 


Le Soleil fait de son côté le bilan de la première phase du Programme d’amélioration de la qualité, de l’équité et de la transparence (PAQUET) dans le secteur de l’éducation. Selon le journal, "la qualité de l’éducation est jugée satisfaisante" par les acteurs de l’éducation et les partenaires techniques et financiers.


 

ASB/ASG/MS