Le discours de Macky Sall à la tribune des Nations Unies en exergue
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

Le discours de Macky Sall à la tribune des Nations Unies en exergue

Dakar, 21 sept (APS) – L’intervention du président Macky Sall à la tribune de la 72e session de l’Assemblée générale des Nations unies à New-York est l’un des sujets phares commentés par les quotidiens reçus jeudi à l’APS.
 
‘’Macky Sall, défenseur de l’Islam et des Rohingyas’’, titre à ce propos Le Soleil en manchette. Le quotidien national rapporte que ‘’le chef de l’Etat a dénoncé, devant la tribune des Nations Unies, à New York, l’indicible amalgame des musulmans et de l’Islam au terrorisme, comme il a déchiré les stéréotypes sur les descendants africains en fustigeant le racisme anti-noir, mère de l’esclavage et de la colonisation’’.
 
Le journal indique qu’il a aussi, ‘’en tant que fier Africain, dénoncé les relations internationales et commerciales asymétriques’’. ‘’Comme attendu, il a déploré l’émotion à géométrie variable pour dire au monde de protéger les Rohingyas de Myanmar, ces musulmans victimes de nettoyage ethnique proche d’un génocide’’, relève encore Le Soleil.

‘’Macky en tribune découverte’’, titre pour sa part L’Observateur. Le journal du Groupe futurs médias (GFM, privé) souligne que ‘’ le chef de l’Etat du Sénégal a marqué son passage hier (mercredi), à la tribune de la 72e session de l’Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
 
Il note que ‘’ Macky Sall s’est fait remarquer par un discours très engagé sur les questions qui interpellent le monde’’. 
 
A titre d’illustration, L’Obs reprend quelques passages du discours du président sénégalais où il déclare : ‘’Nous sommes gravement préoccupés par les exactions contre la population musulmane Rohingyas’’, ou encore ‘’Rien, encore moins la religion, ne saurait justifier le fanatisme violent’’.
 
‘’Macky se fait l’avocat des Rohingyas’’, écrit l’As, en reprenant son appel lancé à la communauté internationale pour demander de ‘’mettre fin à cette véritable tragédie humaine’’.
 
‘’Il ne saurait y avoir d’émotion sélective’’, a encore déclaré le président Sall dans des propos rapportés par la même publication, tout en appelant ‘’instamment la communauté internationale à agir pour mettre fin à cette véritable tragédie humaine’’. 
 
Le Quotidien de son côté s’est intéressé à la médiation entre Paris et Kigali en titrant : ‘’Macky rapproche Macron et Kagamé’’. Selon le journal, ‘’ la rencontre d’hier à New York entre les présidents français Emmanuel Macron et rwandais Paul Kagamé, a été le fruit des efforts de médiation du dirigeant sénégalais, Macky Sall’’.
 
‘’Qui ne s’est pas lassé d’œuvrer à des retrouvailles entre les deux pays en froid à cause du rôle supposé de la France dans le Génocide rwandais, aux yeux des autorités rwandaises’’, ajoute le journal du Groupe Avenir communication (privé).
 
La publication, ce mercredi, de la liste des 26 joueurs retenus par le sélectionneur de l’équipe du Sénégal, Aliou Cissé, pour la rencontre contre le Cap-Vert prévue le 7 octobre prochain, à Praia, dans le cadre des éliminatoires de la Coupe du monde 2018, est l’autre sujet commenté par la presse quotidienne.
 
‘’Mbaye Niang répond enfin à l’appel de la patrie’’, écrit Le Soleil, ajoutant que ‘’longtemps courtisé par les différents sélectionneurs du Sénégal, l’ancien attaquent du Milan AC, aujourd’hui à Torino, a enfin accepté l’invitation d’Aliou Cissé’’.
 
‘’Convoqué pour Cap-Vert-Sénégal, Mbaye Niang, un choix à problèmes’’, relève WalfQuotidien. Selon le journal, ‘’plus réputé par ses déboires extra-sportifs, l’ancien turbulent des Bleuets est attendu pour apporter plus de tonus à l’attaque sénégalaise’’.
 
Plus tranchant, Vox Populi écrit en Une : ‘’Aliou Cissé convoque le renégat Mbaye Niang… et se met à dos les Sénégalais’’. Le journal rappelle en effet que ‘’l’attaquant de Torino (Italie) a toujours préféré la France au Sénégal’’.
 
‘’C’est un garçon jeune qui a de l’avenir, gros potentiel athlétique, technique, de vitesse, de la vivacité, capable de marquer des buts, de jouer excentré gauche ou droite ou attaquant de pointe’’, a déclaré Aliou Cissé dans Libération pour justifier son choix de convoquer le franco-sénégalais, Mbaye Niang.

ASB/ASG