Le deuil national décrété par le président Sall, en exergue
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

Le deuil national décrété par le président Sall, en exergue

Dakar, 15 avr (APS) – La décision du chef de l’Etat, Macky Sall de décréter trois jours de deuil national, à partir de mardi, suite à l’incendie du "Daaka" (retraite spirituelle), est l’un des sujets phares traités par la presse quotidienne reçue samedi à l’APS.
 
La 76e édition de cette retraite spirituelle, qui se tient chaque année à 10 km de cette ville religieuse, est endeuillée cette année par un violent incendie survenu mercredi. Le sinistre a fait plus de 20 décès et plus d’une centaine de blessés.
 
Le chef de l’Etat s’y est rendu ce vendredi pour présenter ses condoléances au Khalife, Thierno Amadou Tidiane Ba, aux fidèles et à toute la communauté musulmane.
 
Le Soleil signale que Macky Sall a décrété un deuil national de trois jours à compter du 18 avril. Le journal ajoute qu’"il a surtout insisté sur la transformation du visage et de l’environnement du ‘’Daaka’’ pour éviter, à l’avenir, des incendies de cette nature".
 
Le Quotidien écrit que "le chef de l’Etat qui a effectué hier une visite à Médina Gounass, a promis de poursuivre la modernisation du site pour éviter la répétition d’une telle tragédie". 
 
D’où son titre à la une "Solution aux incendies : le plan +Daaka+", en référence au rassemblement annuel de fidèles à 10 km de cette cité religieuse dans le département de Vélingara (sud).
 
Par conséquent, poursuit le journal, "il a annoncé l’érection de deux châteaux d’eau sur le site du +Daaka+, une réorganisation des pèlerins, car il est convaincu qu’il ne peut y avoir une cohabitation entre la cuisine et des tentes construites en paille".
 
"En écho à cette déclaration, Thierno Amadou Tidiane Bâ, qui n’est pas revenu sur l’incendie lors de la visite du chef de l’Etat au +Daaka+, s’en est remis à Dieu", poursuit Le Quotidien.
 
" Trois jours de deuil national après la tragédie du +Daaka+", écrit Vox Populi, "Macky décrète 3 jours de deuil national", soulignent Enquête et Libération.
 
Soixante-douze heures après l’incendie du ‘’Daaka’’ de Médina Gounass, "Macky Sall passe, promet, puis s’en va", relève Walfquotidien sur sa manchette avec une photo du chef de l’Etat.
 
"Sous l’oreille attentive des nombreux pèlerins, Macky Sall a fait des promesses visant à améliorer les conditions du pèlerinage", informe le journal.
 
Pendant ce temps, Sud quotidien annonce que le bilan de l’incendie au "Daaka" de Médina Gounass s’est alourdi passant de 24 à 25 morts. Il ajoute que Macky Sall décrète trois jours de deuil national à partir de mardi.
 
Selon Sud quotidien, le président Macky Sall déclare avoir reçu un coup de fil de son homologue guinéen Alpha Condé qui lui a présenté ses condoléances suite à l’incendie du "Daaka" de Médina Gounass.
 
Le chef de l’Etat, renseigne-t-il, a par ailleurs présenté ses condoléances à la délégation mauritanienne dont l’ambassadeur était sur place, ainsi qu’à la Gambie.
 
"Temps mort au +Daaka+", écrit L’Observateur à sa une, soulignant que deux nouveaux cas de décès ont été enregistrés. Le journal ajoute que le chef de l’Etat décrète trois jours de deuil national, les présidents Condé (Guinée) et Aziz (Mauritanie), compatissent à la douleur.
 
Aussi, il fait état de "la colère noire du maire de Médina Gounass", en rapportant les propos de Seydou Bâ qui déclare que "le feu pouvait être circonscrit s’il y avait assez d’eau".
 
La presse quotidienne relaie également la colère des membres de l’Union des magistrats du Sénégal suite à la traduction du juge Souleymane Téliko en conseil de discipline par le ministre de la Justice, Sidiki Kaba.
 
"Les magistrats se rebellent contre l’exécutif", renseigne Vox Populi qui ajoute que "l’UMS invite ses membres à claquer la porte du CSM"-Conseil supérieur de la magistrature-, une structure placée sous la présidence du chef de l’Etat Macky Sall.
 
Selon ce journal, L’UMS entend à travers cette initiative "dénoncer l’utilisation abusive de la procédure de consultation à domicile".
 
Vers des démissions en cascade du Conseil supérieur de la magistrature, "Enième rébellion contre Sidiki Kaba", écrit pour sa part La Tribune.
 
Le journal qui reprend un courriel privé adressé aux membres du collège de l’UMS, signale que l’ouverture de la procédure disciplinaire contre le juge Téliko par le Garde des Sceaux, "est une vaine tentative d’intimidation et de musellement d’un membre élu par ses collègues et qui n’a fait qu’exercer son mandat".

ASB/MKB