Le départ de Philippe Bohn d’Air Sénégal, sujet favori des quotidiens
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

Le départ de Philippe Bohn d’Air Sénégal, sujet favori des quotidiens

Dakar, 20 avr (APS) – La nomination du directeur de la compagnie aérienne nationale Air Sénégal, Ibrahima Kane, en remplacement du français Philippe Bohn, occupe la une de la quasi-totalité des quotidiens reçus samedi à l’APS, à côté d’autres sujets dont le décès de l’ancien ministre de l’Intérieur, le général Lamine Cissé.
 
M. Kane, ancien directeur du Fonds Souverain d’Investissements Stratégiques (FONSIS) a été nommé ce vendredi par le Conseil d’administration d’Air Sénégal. Philip Bohn a été désigné comme membre du conseil en qualité d’administrateur.
 
Créée depuis avril 2016, la nouvelle compagnie Air Sénégal a obtenu son permis d’exploitation aérienne (PEA) le 30 avril dernier et a effectué son premier vol commercial, un aller-retour Dakar-Ziguinchor, le 14 mai 2018. 
 
La compagnie Air Sénégal a réceptionné en janvier son premier A330-900 issu de la chaîne de production d’Airbus à Toulouse (France) qui assure la desserte Dakar-Paris.
 
Le Quotidien met en exergue le départ du DG d’Air Sénégal avec cette manchette ‘’Bohn atterrissage’’, précisant que ‘’remplacé par Ibrahima Kane, le français reste [toutefois] administrateur indépendant’’ de la compagnie Air Sénégal.
 
Le journal souligne dans ses colonnes que depuis le lancement de cette nouvelle compagnie aérienne nationale, ‘’beaucoup de +couacs+ ont été décriés dans la gestion, malgré les efforts consentis par M. Bohn et son équipe’’.
 
La desserte (Dakar-Ziguinchor) par exemple, ‘’n’était pas régulière, à cause, selon certains observateurs, de son lancement précipité’’, croit encore savoir Le Quotidien, soulignant que l’option prise par la compagnie de louer un avion A319 pour se déployer dans la sous-région, ‘’avait également fait beaucoup de critiques’’.
 
Pour l’As, ‘’Le désormais ex-DG a été emporté par les tourbillons notés ces derniers jours avec le retard du vol sur Paris la semaine en cours’’. Pourtant, renseigne cette publication, ‘’si l’on en croit +Jeune Afrique+, Philippe Bohn a bien remis sa démission du poste de directeur général d’Air Sénégal, qu’il occupait depuis août 2017’’.
 
‘’Prévue depuis janvier, la démission a été validée le 18 avril par le président Macky Sall, dont Philippe Bohn est un proche’’, poursuit l’As citant cet hebdomadaire panafricain basé à Paris (France).
 
Vox Populi est plus catégorique en soulignant que ‘’Philippe Bohn [a été] limogé et [a été ]remplacé par Ibrahima Kane du FONSIS’’ à la direction générale d‘Air Sénégal. ‘’La crise qui couvait depuis longtemps, à Air Sénégal SA, avec une situation de tension électrique à l’interne en plus des errements qui ont conduit à des bourdes sans pareil, a fini par faire crasher le directeur général’’, écrit le journal.
 
La publication est ainsi revenue sur ‘’les problèmes qui ont emporté Philippe Bohn’’, citant notamment, ‘’la gestion décriée’’ de la direction générale, ‘’la panne de l’Airbus330 neo +Casamance+, un avion flambant neuf de la compagnie’’.
 
Walfquotidien estime de son côté que ‘’les loopings d’Air Sénégal SA emportent son commandant de bord, Philippe Bohn’’, et affiche à sa une :’’Crash du DG d’Air Sénégal. Les raisons d’un atterrissage forcé’’.
 
Selon cette publication, ‘’Après une série de couacs, des locations coûteuses et des retards dans la phase de roulement, l’Etat s’est résigné à corriger son erreur dans le casting. Le pilotage à vue de Philippe Bohn, présenté à Macky par Wade via Jacques Séguéla, ayant montré ses limites objectives, le gouvernement s’est résolu à débarquer le manager de son porte-étendard’’.
 
Les quotidiens se sont par ailleurs intéressés à la disparition hier du général Lamine Cissé, ancien ministre de l’Intérieur du Sénégal.
 
Le Soleil souligne que ‘’c’est une page de l’histoire militaire et politique du Sénégal qui se referme’’.

‘’Premier militaire à occuper le poste de ministre de l’Intérieur du Sénégal, le Général Lamine Cissé a été un artisan de la première alternance politique en 2000. Ancien Chef d’Etat-major général des forces armées (CEMGA) et IFGA’’, ajoutant que ‘’le général Cissé a aussi joué sa partition pour la paix et la sécurité’’.
 
Enquête note que ‘’le Sénégal perd un grand serviteur’’, soulignant que le général Lamine Cissé, décédé hier, à l’âge de 80 ans, des suites d’une maladie, a été chef d’état-major général des armées, mais également un fonctionnaire international’’.
 
Les autres quotidiens sont également revenus sur le décès du général Lamine Cissé : ‘’Le père de l’alternance a tiré sa révérence’’ (Walfquotidien), ‘’Le héros de 2000 tire sa révérence’’ (L’As), ‘’Fin de mission d’un soldat’’ (Le Quotidien), ‘’L’armée sénégalaise perd une légende’’ (Vox Populi).
 
L’Observateur a accordé un entretien au président de la République de Guinée et titre ‘’Condé en toute franchise’’.

‘’Alpha Condé, dans le Palais Sékhoutouréya, a accordé à une partie de la presse sénégalaise une interview. Une occasion pour le président de la Guinée d’aborder toutes les questions de l’heure .De ses médiations dans la sous-région à ses relations avec le Sénégal, en passant par le 3ème mandat en Guinée’’, écrit le journal.

ASB